DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cachemire indien: 37 paramilitaires indiens tués dans un attentat

Cachemire indien: 37 paramilitaires indiens tués dans un attentat
Taille du texte Aa Aa

Au moins 37 membres des forces indiennes au Cachemire indien ont été tués jeudi dans un attentat contre un convoi près de Srinagar, le plus meurtrier depuis 2002, a annoncé la police.

Cet attentat-suicide, revendiqué par un groupe islamiste, visait un convoi de 78 véhicules transportant quelque 2.500 membres de la Central Reserve Police Force (CRPF), une force paramilitaire.

Une camionnette bourrée d'explosifs a explosé près du convoi de bus. "L'explosion a été puissante", a expliqué à l'AFP le porte-parole de la CRPF Sanjay Kumar.

Un autre responsable de la CRPF s'exprimant sous couvert de l'anonymat a indiqué que l'attaque avait fait également au moins 29 blessés.

L'agence Press Trust of India (PTI) a affirmé de son côté que l'attentat avait fait plus de 39 morts parmi les membres de la CRPF, qui revenaient d'une permission.

Le Premier ministre indien Narendra Modi a dénoncé une "attaque odieuse". "Le sacrifice de nos braves membres des forces de sécurité ne sera pas vain", a-t-il ajouté sur Twitter.

Le groupe islamiste Jaish-e-Mohammed, basé au Pakistan, a revendiqué l'attentat.

Un porte-parole du groupe a déclaré à une agence locale que "l'attaque-suicide" avait été commise par Aadil Ahmad, alias Waqas Commando, un militant bien connu de la région.

Un attentat suicide au véhicule piégé qui avait fait 40 morts dont les trois auteurs de l'attaque en 2001 avait été également été commis par Jaish-e-Mohammed. La cible était le parlement local à Srinagar.

Le département d'Etat américain a condamné "de la manière la plus ferme qui soit" cet "acte odieux", appelant "tous les pays" à "priver les terroristes de refuge et de soutien".

"Les Etats-Unis sont résolument déterminés à travailler avec le gouvernement indien pour combattre le terrorisme sous toutes ses formes", a ajouté le porte-parole de la diplomatie américaine Robert Palladino dans un communiqué.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a également condamné "l'attaque ignoble qui vient de frapper l'Inde".

"J'appelle chaque État à lutter effectivement contre les réseaux terroristes et leurs canaux de financement et à empêcher les mouvements transfrontaliers de groupes terroristes, comme le Jaish-e-Mohamed qui a revendiqué cette attaque", a-t-il renchéri.

- "Acte ignoble" -

L'attaque, qui s'est produite sur une autoroute à une vingtaine de kilomètres de Srinagar, est la plus meurtrière au Cachemire indien depuis 2002.

Le ministère indien des Affaires étrangères a immédiatement mis en cause le Pakistan dans un communiqué: "Cet acte ignoble et haineux a été commis par Jaish-e-Mohammed, une organisation terroriste basée au Pakistan et soutenue par lui".

"L'Inde a la ferme intention de prendre toutes les mesures nécessaires pour préserver sa sécurité nationale", a-t-il averti. "Nous exigeons du Pakistan qu'il cesse de soutenir les terroristes et les groupes terroristes qui opèrent depuis son territoire".

Le Pakistan a aussitôt rejeté toute implication. "Nous rejetons fermement toute insinuation par des éléments des médias et du gouvernement indien qui tentent de relier l'attaque au Pakistan sans qu'il y ait eu enquête", a déclaré le ministère pakistanais des Affaires étrangères.

Après l'attentat, des centaines de membres des forces gouvernementales ont encerclé 15 villages voisins et commencé à fouiller maison par maison, selon un responsable de la police et des témoins.

Le Cachemire est revendiqué aussi bien par l'Inde que le Pakistan depuis la fin de la colonisation britannique en 1947. Les forces indiennes dans la partie sous contrôle de New Delhi sont estimées au total à quelque 500.000 hommes.

Une insurrection séparatiste meurtrière déstabilise le Cachemire indien depuis 1989. L'Inde accuse le Pakistan de soutenir en sous-main les infiltrations et la rébellion armée, ce qu'Islamabad a toujours démenti.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.