DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Monaco: de meilleur dirigeant européen à limogé, les montagnes russes de Vasilyev

Monaco: de meilleur dirigeant européen à limogé, les montagnes russes de Vasilyev
Taille du texte Aa Aa

Inconnu à son arrivée en janvier 2013, le vice-président de l'AS Monaco, Vadim Vasilyev, a atteint les sommets, champion de France et meilleur dirigeant européen en 2017, jusqu'à sa chute spectaculaire au bout de la crise, le jour de la Saint-Valentin.

. Janvier 2013, les débuts

Vadim Vasilyev, qui a travaillé comme financier pour l'entreprise de fertilisants Fedcom, sponsor de l'ASM, entre à 48 ans en janvier à l'AS Monaco comme conseiller du président Dmitri Rybolovlev. En mars 2013, il est nommé directeur sportif.

. Été 2013, la remontée et le premier mercato

En mai 2013, l'ASM termine première de Ligue 2 et remonte en Ligue 1. A l'été 2013, Vasilyev supervise le premier mercato spectaculaire et millionnaire de Monaco, avec les arrivées des stars colombiennes Radamel Falcao (Atletico Madrid/ESP), pour 43 millions d'euros, et James Rodriguez (FC Porto/POR), pour 45 M EUR, mais aussi des internationaux portugais Joao Moutinho (FC Porto/POR) et français Jérémy Toulalan (Malaga/ESP). Monaco termine 2e de L1 et se qualifie pour la Ligue des champions, ce qu'elle a depuis toujours réussi à faire sous Vasilyev.

. Été 2014, l'idée Jardim

Pour remplacer l'Italien Claudio Ranieri, le Russe va chercher le méconnu entraîneur portugais Leonardo Jardim au Sporting Portugal. L'ASM de Vasilyev réalise sa première copieuse plus-value en transférant James Rodriguez, qui a brillé au Mondial-2014, pour environ 80 M EUR au Real Madrid.

. Été 2015, le modèle du trading joueurs

Au mercato 2015, l'ASM accélère son modèle de trading joueurs, en réalisant de très beaux retours sur investissements avec les vente de quelques-uns de ses meilleurs éléments. Anthony Martial part à Manchester United pour 80 M EUR et Geoffrey Kondogbia à l'Inter Milan pour 40 M EUR.

. En 2017, l'année dorée

En 2016-2017, l'ASM dirigée par Vasilyev réussit sa meilleure saison, championne de France devant le puissant Paris SG et demi-finaliste de la Ligue des champions, seulement battue par la Juventus Turin. Cette réussite s'accompagne d'un véritable jackpot sur le marché des transferts, avec les ventes du prodige Kylian Mbappé pour 180 M EUR au Paris SG (le transfert ne sera payé qu'un an plus tard), de Benjamin Mendy (57 M EUR) et Bernardo Silva (50 M EUR) à Manchester City. Vasilyev prend de l'importance au sein du foot français: élu meilleur dirigeant du foot européen aux Football business awards en 2017, il devient le représentant de la Ligue 1 au comité des compétitions de l'UEFA en mars 2018.

. En 2018-2019, l'année noire

L'ASM vend encore deux bijoux, Thomas Lemar (Atletico Madrid/ESP) pour 70 M EUR et Fabinho (Liverpool/ENG) pour 45 M EUR, mais cette fois l'équipe est trop affaiblie et rate son début de saison. Vasilyev, égratigné par les révélations des "football leaks", surnommé "Monsieur 10%" pour ses bénéfices sur les transferts, se sépare coûteusement (environ 8 M EUR) de Jardim en octobre. Il le remplace par Thierry Henry, mais remercie trois mois et demi plus tard le champion du monde, pour un coût d'une douzaine de millions d'euros et rappelle... Jardim. L'équipe est toujours relégable et le 14 février, Rybolovlev se sépare de Vasilyev.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.