DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Soudan: la répression menace les efforts pour retirer le pays de la liste noire, prévient Washington

Soudan: la répression menace les efforts pour retirer le pays de la liste noire, prévient Washington
Taille du texte Aa Aa

Un haut responsable américain a prévenu mercredi que l'usage de la "violence excessive" par les forces de sécurité soudanaises pour réprimer les manifestations antigouvernementales était inacceptable et pourrait menacer les discussions pour retirer le Soudan de la liste américaine des "Etats soutenant le terrorisme".

"Il est absolument inacceptable pour les forces de sécurité de faire usage d'une force excessive pour réprimer les manifestants, ainsi que les détentions sans charges, tout comme l'usage de la brutalité et la torture", a affirmé à l'AFP Cyril Sartor, directeur Afrique au Conseil national de sécurité américain, en visite à Khartoum.

En plein marasme économique, le Soudan est le théâtre depuis deux mois de manifestations quasi quotidiennes déclenchées par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain. La contestation s'est vite transformé en un mouvement réclamant la "chute" du président Omar el-Béchir.

Les services de sécurité emploient la force pour disperser les rassemblements.

Selon un bilan officiel, 31 personnes sont mortes depuis le 19 décembre. L'ONG Human Rights Watch (HRW) évoque le chiffre de 51 morts, dont des enfants et des personnels médicaux.

"Il va sans dire qu'il n'y a pas de raison pour que qui que ce soit soit tué", a aussi jugé mercredi le responsable américain dans ses déclarations à l'AFP.

"Le processus de négociation entre les Etats-Unis et le gouvernement du Soudan, qui pourrait éventuellement conduire au retrait de la désignation du Soudan en tant qu'Etat soutenant le terrorisme (…) est actuellement menacé par les développements en cours dans le pays", a-t-il averti.

M. Sartor a affirmé avoir "été assez clair, assez explicite (...) avec les responsables du gouvernement" soudanais qu'il a rencontrés, disant leur avoir expliqué que "la situation actuelle au Soudan et la réaction excessive des forces de sécurité mettent les négociations en danger".

"Il n'y a pas de confusion possible quant à notre message, quant à la sincérité de cette position tenue par les hauts responsables à Washington", a-t-il ajouté, appelant à la libération immédiate des prisonniers politiques.

- "Travailler ensemble" -

"Les maintenir en prison ne fait que freiner le processus du dialogue", a souligné M. Sartor.

"Nous ne sommes pas arrivés au stade où les négociations sont mises en pause", a-t-il ajouté, précisant néanmoins que le processus pouvait s'arrêter "abruptement".

Les Etats-Unis ont peu à peu repris leurs relations diplomatiques avec le Soudan après des décennies de tensions. Khartoum avait notamment accueilli Oussama ben Laden dans les années 1990.

Le gouvernement de Donald Trump a décidé en 2017 de lever certaines sanctions imposées au Soudan depuis 1997. Les Etats-Unis ont en revanche maintenu le Soudan dans leur liste des Etats soutenant "le terrorisme", et prévenu qu'ils ne l'en ôteraient qu'en cas de nouveaux progrès.

Washington n'a pas pour rôle de trouver une solution à la crise politique au Soudan, a souligné M. Sartor. "En réalité, aucune force extérieure ne peut imposer une solution", a-t-il estimé.

"Il est impératif que le gouvernement (soudanais) cesse de suivre la stratégie qu'il a suivie jusqu'à présent pour gérer la situation (...) C'est rédhibitoire", a assuré M. Sartor.

"Mais nous essayerons de toutes les manières possibles de travailler ensemble", a ajouté le responsable américain.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.