DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: Niang, à la recherche du nouveau Mbaye

Taille du texte Aa Aa

Auteur du but de l'estocade à Séville jeudi, l'attaquant sénégalais Mbaye Niang, gros pari du mercato estival de Rennes, semble enfin trouver la maturité et la confiance qui lui manquaient pour exploiter un potentiel en sommeil.

"J'avais les même interrogations que vous: est-ce-qu'il y a cette stabilité, cette capacité à être performant dans le temps ?", avait admis le président Olivier Létang lors de la présentation du joueur.

Précédé par sa réputation de "sale gosse" du football, aussi doué sur le terrain que dissipé en dehors, Niang (23 ans) était à un carrefour de sa carrière en arrivant en Bretagne.

"On a parlé de sportif mais pas que de sportif. On a parlé de choses entre hommes, d'état d'esprit, de comportement, d'attitude", avait précisé le dirigeant pour justifier son choix de miser sur un élément capable du meilleur comme du pire.

"J'ai trouvé quelqu'un de calme, d'apaisé, posé. On est tous là pour qu'il trouve cette stabilité et cet environnement pour s'épanouir", avait-il poursuivi, une gageure pour un joueur qui a connu sept clubs en autant d'années de football professionnel.

- "On verra un autre Mbaye" -

"Il a commencé très jeune à 16 ans. Quand vous avez cette notoriété qui arrive, l'attractivité de grands clubs comme le Milan AC qui le fait venir, il y une espèce d'ouragan qui se passe et il faut avoir les pieds sur terre", avait plaidé M. Létang.

Le principal intéressé avait assuré avoir "pris conscience que pour jouer au haut niveau il y avait des exigences, qu'on ne pouvait pas faire ce qu'on voulait".

"On verra un autre Mbaye", avait-il encore promis après une Coupe du Monde en Russie prometteuse et à l'orée d'un prêt avec une option pour un contrat de quatre ans.

Il a pourtant déçu en 2018, avec 13 matches, dont 4 seulement comme titulaire, une passe décisive, et un but sur un penalty "volé" à Benjamin Bourigeaud, tireur désigné, contre Toulouse.

Lors de la trêve hivernale, on évoquait même un retour de l'autre côté des Alpes, au Torino à qui il appartient encore, voire au-delà de la Grande Muraille, vers les horizons lucratifs de la Chine.

Mais depuis quelques semaines, on ne reconnaît plus le joueur aux allures dilettantes et à l'investissement intermittent de la phase aller.

- 23 ans, l'âge de raison ? -

Replacement défensif, justesse des choix en attaque, générosité... Le Mbaye nouveau est arrivé.

"Il est en train de prendre de l'envergure en effet. Il enchaîne les matches, il enchaine les courses, il est polyvalent, il a du volume, il se met à la disposition de l'équipe", a énuméré l'entraîneur Julien Stephan samedi, avant la réception de Marseille, pour la 26e journée de Ligue 1, dimanche.

Avec un entraîneur qui a une grande expérience de la post-formation, Niang a peut-être trouvé le chaînon manquant vers la maturité.

"Comme je marche à l'affectif, j'essaie de redonner par des prestations abouties et des buts", a admis celui qui rêvait en arrivant de "trouver un club qui me fait confiance et moi rendre cette confiance sur le terrain".

"J'ai envie de rester dans ce club où je me plais, où les joueurs sont mis dans des conditions telles qu'ils n'ont qu'à penser au foot", a-t-il récemment confié à L'Equipe.

"C'est un joueur avec un fort potentiel, (mais) c'est une délicieuse personne aussi", a dit de lui Stephan.

"Il a montré qu'il est capable de coups d'éclats, la clé pour lui, c'est la constance", a souligné le coach, mais "il se pose les bonnes questions et ça rejaillit sur ses performances", a-t-il ajouté, espérant que 23 ans sera, pour Niang, l'âge de raison.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.