DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sanchez met en garde contre la xénophobie en France et en Europe

Sanchez met en garde contre la xénophobie en France et en Europe
Taille du texte Aa Aa

Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a mis en garde dimanche contre les "vents de la xénophobie" qui soufflent en France et en Europe, lors d'un hommage en France au demi-million d'Espagnols qui y trouvèrent refuge après la guerre civile.

"La xénophobie se répand partout en Europe", a constaté le dirigeant en pré-campagne pour les législatives du 28 avril, lors d'un discours prononcé sur la plage d'Argelès-sur-Mer, dans l'est des Pyrénées françaises, où avaient été parqués dans un camp, il y a 80 ans, des milliers de réfugiés républicains.

M. Sanchez a dressé un parallèle entre l'exil des Espagnols fuyant alors "le fanatisme et la brutalité" franquistes et les "vents de la xénophobie qui soufflent" actuellement "dans toute l'Europe".

"Cette semaine, des dizaines de tombes juives ont été profanées dans un cimetière français", a rappelé M. Sanchez en référence à la résurgence des actes antisémites en France.

"Les patries, qui depuis tant de décennies étaient des lieux de rencontre, deviennent à nouveau des lieux de conflit. Les frontières invisibles ont de nouveau des murs. Les ports ne permettent pas aux bateaux pleins de personnes affamées et malades d'accoster. Comme l'a dit Tony Judt dans son désormais célèbre livre: +Quelque chose ne va pas+", a poursuivi le dirigeant socialiste, qui brigue un nouveau mandat en Espagne, où le parti d'extrême droite Vox est en pleine expansion.

"Il n'y a pas de place pour l'indifférence. Nous ne pouvons pas détourner nos regards. Nous ne pouvons pas penser que l'antisémitisme, l'homophobie, la xénophobie et le nationalisme exclusif sont des vents insignifiants qui vont s'essouffler d'eux-mêmes", a-t-il ajouté.

M. Sanchez a rendu un hommage appuyé aux acteurs de la "Retirada", cet exil massif d'Espagnols qui traversèrent les Pyrénées en février 1939 après la chute de la Catalogne aux mains des troupes du général Franco.

Il est aussi devenu le premier chef en exercice d'un gouvernement espagnol à se rendre sur la tombe du président républicain Manuel Azaña (1936-1939), mort en exil en 1940 à Montauban (sud-ouest).

Il s'est par la suite rendu sur la plage d'Argelès-sur-Mer, à 25 km de la frontière avec l'Espagne, où au moins 100.000 réfugiés ont été parqués dans un camp entouré de fils barbelés et qui avait été qualifié d'"enfer sur sable" par le photographe Robert Capa.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.