DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Turquie: des ONG appellent à libérer le mécène Osman Kavala

Turquie: des ONG appellent à libérer le mécène Osman Kavala
Taille du texte Aa Aa

Une dizaine d'ONG ont appelé mercredi à libérer des figures de la société civile turque accusées d'avoir tenté de renverser le gouvernement, dont l'homme d'affaires et mécène Osman Kavala, dénonçant une "campagne d'intimidation" croissante.

M. Kavala, qui est en détention provisoire depuis plus d'un an, et l'activiste Yigit Aksakoglu, écroué depuis trois mois, "doivent être remis en liberté immédiatement", ont demandé ces ONG turques et internationales dans une déclaration commune à Istanbul.

"Nous opposons un front uni aux tentatives de destruction de toute société civile indépendante en Turquie et appelons à mettre fin à la campagne d'intimidation et de harcèlement judiciaire", ont ajouté ces ONG parmi lesquelles figurent Amnesty International et Reporters sans frontières (RSF).

Cette déclaration survient une semaine après qu'un procureur a requis la prison à vie pour M. Kavala et 15 autres personnes accusées de "tentative de renversement du gouvernement" pour leur soutien à des manifestations antigouvernementales en 2013.

Incarcéré à Silivri, près d'Istanbul, M. Kavala est accusé par le président turc Recep Tayyip Erdogan d'avoir financé ces manifestations connues sous le nom de "mouvement de Gezi".

M. Kavala, un mécène respecté dans les cercles intellectuels en Turquie et à l'étranger, notamment en France, a été interpellé le 18 octobre 2017 puis placé en détention provisoire le 1er novembre suivant.

La répression contre les sympathisants du mouvement de Gezi a connu un regain d'intensité à l'automne 2018, soit plus de cinq ans après les manifestations, avec l'arrestation de plusieurs personnes proches de M. Kavala.

Porter des accusations de tentative de putsch cinq ans après les manifestations "ne peut que saper la confiance dans le gouvernement", a déclaré mercredi le représentant de RSF en Turquie Erol Onderoglu.

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont vivement critiqué les peines requises la semaine dernière, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini dénonçant le "climat de peur" créé par le pouvoir turc contre ses opposants.

La Turquie est régulièrement pointée du doigt par les organisations de défense des droits humains qui s'inquiètent de la dégradation de l'état de droit, notamment depuis une tentative de putsch en 2016 suivie de purges massives.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.