DERNIERE MINUTE

La stèle de l'ancienne synagogue de Strasbourg vandalisée

La stèle de l'ancienne synagogue de Strasbourg vandalisée
Taille du texte Aa Aa

Deux semaines après la profanation d'un cimetière juif de Quatzenheim (Bas-Rhin), la stèle marquant l'emplacement de l'ancienne synagogue de Strasbourg a été vandalisée dans la nuit de vendredi à samedi.

Cet acte, qui s'inscrit dans un contexte général de hausse des actes antisémites, a choqué les habitants et suscité une vague d'indignation.

"Une nouvelle fois : ça suffit !", a réagi sur Facebook le maire (PS) de Strasbourg, Roland Ries, évoquant une "profanation".

"Je condamne la dégradation de la stèle", a réagi sur Twitter le président du Parlement européen, Antonio Tajani, appelant à "stopper la recrudescence de l'antisémitisme".

La stèle avait été installée en 1976 pour commémorer la synagogue détruite par les Nazis en 1940.

Enquête en cours

La police a ouvert une enquête afin d'identifier le ou les auteurs de la dégradation.

"L'enquête explore toutes les pistes -vidéosurveillance et témoignages- afin de déterminer l'origine intentionnelle ou accidentelle de l'événement", ainsi que son caractère antisémite, selon une source proche du dossier citée par l'AFP.

Cet "acte de vandalisme" a "tous les signes de l'antisémitisme", a estimé devant la presse Alain Fontanel, premier adjoint au maire de Strasbourg.

Le monument, qui pèse 1,6 tonne, a été remis en place en milieu d'après-midi par les services de la ville.

"Choc"

Le Bas-Rhin a été frappé à plusieurs reprises par l'antisémitisme ces derniers mois.

L'épisode le plus récent remonte au 19 février, lorsque 96 tombes du cimetière juif de Quatzenheim, au nord-ouest de Strasbourg, ont été retrouvées recouvertes de croix gammées. Un rassemblement contre l'antisémitisme est prévu dimanche devant le cimetière.

Le 11 décembre, jour de l'attentat jihadiste contre le marché de Noël de Strasbourg, un autre cimetière juif avait été découvert profané à Herrlisheim, au nord-est de Strasbourg: trente-sept stèles et le monument des martyrs de la Shoah avaient été souillés de graffitis antisémites.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.