DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Plusieurs milliers de personnes pour le premier meeting électoral de Bernie Sanders

Plusieurs milliers de personnes pour le premier meeting électoral de Bernie Sanders
Taille du texte Aa Aa

"Battre Donald Trump" et instaurer "un gouvernement fondé sur la justice économique, sociale, raciale et environnementale": Bernie Sanders a lancé pleinement samedi sa campagne pour la présidentielle 2020, avec un premier meeting électoral devant plusieurs milliers de personnes dans son Brooklyn natal.

Au moment où Donald Trump qualifiait de "cauchemar socialiste" les propositions des candidats démocrates dont "Bernie" est le doyen, le sénateur du Vermont détaillait ses promesses pour "transformer l'Amérique" et s'en prendre aux milliardaires, à Wall Street, aux grandes entreprises et "à toutes les institutions incroyablement puissantes qui contrôlent la vie politique de notre pays".

Couverture santé pour tous, emploi garanti, salaire minimum à 15 dollars de l'heure, relèvement des retraites, construction de logements bon marché, lutte contre le réchauffement, universités publiques gratuites, grands chantiers d'infrastructures: la liste des promesses était longue.

Le sénateur de 77 ans les a égrenées durant un discours de 40 minute devant une foule d'environ 3.000 personnes, rassemblées dans le froid sur le campus de l'université publique de Brooklyn College, recouverte d'une fine couche de neige.

Donald Trump, "le président le plus dangereux de l'histoire américaine moderne", "veut nous diviser", a-t-il lancé. "Mais pour nous, c'est exactement le contraire, nous allons rassembler notre peuple."

- "Je sais d'où je viens" -

Bernie Sanders avait choisi Brooklyn pour ce premier meeting car c'est là qu'il est né, en 1941, et c'est au Brooklyn College qu'il commença ses études supérieures.

Pour cette nouvelle bataille pour la Maison Blanche, qui compte déjà 13 candidats démocrates déclarés, lui qui fut le premier à prôner couverture santé pour tous et universités gratuites a clairement décidé de parler plus de lui-même et de sa jeunesse que lors de la campagne 2016.

En présence de sa femme Jane et de deux de ses enfants, ce grand-père aux cheveux blancs a évoqué son enfance dans une famille où on savait "ce que c'était que de vivre d'une paie à l'autre", avec un père d'origine polonaise fuyant l'antisémitisme, arrivé sans un sou aux Etats-Unis.

Il a ainsi insisté sur les contrastes avec la jeunesse fortunée de Donald Trump.

Et lui qui avait eu du mal à mobiliser les électeurs noirs en 2016 a évoqué la lutte pour les droits civiques à laquelle il a participé, notamment lorsqu'il était étudiant à l'Université de Chicago, où il devait tenir un autre meeting dimanche.

"Je sais d'où je viens et je ne l'oublierai jamais", a-t-il lancé sous les applaudissements.

Ce septuagénaire blanc peut-il l'emporter face à une myriade de candidats démocrates plus jeunes, souvent des femmes et des minorités, qui brandissent eux aussi la promesse d'instaurer une couverture santé universelle, de frapper les riches au porte-monnaie et de lutter pour l'environnement?

"C'est lui qui a commencé tout ça lorsqu'il faisait campagne en 2016", fait valoir avec enthousiasme Khilola Vahobova, 19 ans, étudiante au Brooklyn College, convaincue que "Bernie" arrivera à la Maison Blanche.

Si Hillary a perdu en 2016, "c'est que son nom (Sanders) n'était pas connu et que le parti (démocrate) soutenait Hillary Clinton depuis le départ", affirme aussi Liam Lemus, 23 ans, qui se dit "gay et latino".

Pour Daniel Paez, 38 ans, qui soutient Bernie Sanders depuis 2015 et était venu de l'Etat voisin du New Jersey avec sa femme et ses trois enfants, les gens "sentent l'authenticité et la sincérité de Bernie. Les nouveaux venus dans l'arène, on peut se poser des questions, ils n'ont pas toujours pensé comme ça."

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.