DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Matches truqués: trois nouveaux joueurs de tennis français en garde à vue

Taille du texte Aa Aa

Trois nouveaux joueurs français ont été placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête instruite en Belgique sur des matches de tennis truqués, qui avait débouché sur une première vague d'interpellations en France mi-janvier, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier, confirmant une information du journal L'Equipe.

Selon le quotidien sportif, ces trois joueurs, dont l'identité "n'a pas été dévoilée", "ont été placés en garde à vue mardi" et étaient "toujours entendus mercredi matin par les enquêteurs du Service central des courses et jeux (SCCJ) de la direction centrale de la police judiciaire".

"Tous sont soupçonnés d'avoir perdu volontairement un jeu, un set ou un match, contre rémunération d'une organisation criminelle basée en Belgique", écrit le journal.

Mi-janvier, une vaste enquête partie de Belgique portant sur des matches truqués dans des tournois secondaires avait entraîné le placement en garde à vue de quatre premiers joueurs français de seconde zone, soupçonnés d'avoir cédé aux avances de corrupteurs lors de tournois Challenger ou Future, les deuxième et troisième divisions du tennis. Ils ont été relâchés ensuite.

Au total, une centaine de joueurs et entraîneurs sont visés par cette enquête, dont une quinzaine de personnes en France, selon le parquet fédéral belge. L'enquête touche au moins sept pays (Bulgarie, Slovaquie, Allemagne, Pays-Bas, France, Etats-Unis et Belgique) et concerne "un groupe très structuré d'Europe de l'Est, qui agit depuis la Belgique et s'est spécialisé dans les matches de tennis", avait-on précisé de même source.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.