DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les clés d'Irlande-France: sur eux le déluge?

Les clés d'Irlande-France: sur eux le déluge?
Taille du texte Aa Aa

Le temps incertain de Dublin rendra les coups de pied de la paire Sexton-Murray encore plus périlleux: le XV de France devra garder la tête froide et en l'air pour ne pas prendre l'eau dimanche contre l'Irlande, lors de la 4e journée du Tournoi des six nations.

. Un peu de tenue

Elle est encore récente, la cicatrice de cette défaite de 2018 (15-13) concédée après la sirène et un drop magnifique de Johnny Sexton amené après 41 interminables phases de jeu. Ballon en main, les Irlandais n'ont jamais commis la faute de trop. Arthur Iturria en est ressorti "marqué". "J'avais la sensation d'être impuissant. Il y avait vraiment un mur devant nous", se rappelle le troisième ligne aile.

Yoann Huget n'en était pas mais le Toulousain a en revanche croisé le Leinster en Coupe d'Europe, avec à la clé une nette défaite en Irlande (29-13). "On est vite mis sous pression, ils tiennent le ballon et prennent le score vite. Après, c'est compliqué de revenir dans le match. A nous d'être précis devant pour coller au score le plus rapidement possible", réclame l'ailier.

Car il y a peu de chances que cette donnée change dimanche. "On sait qu'on aura sûrement moins le ballon qu'eux car ils sont capables de le tenir longtemps", avance le demi de mêlée Antoine Dupont, qui ne veut pas pour autant rivaliser à tout prix dans le temps de possession.

Plutôt la qualité que la quantité dans ce secteur. "Il ne faudra pas s'exposer à faire des séquences très longues et assez neutres car on a vu sur ces derniers mois qu'on y perdait de l'énergie et qu'après on s'exposait à des contres. Il faudra trouver cette balance entre jouer et occuper", anticipe le N.9, qui a montré des progrès sur ce point contre l'Ecosse (27-10).

. L'herbe est plus verte au sol

Si le XV du Trèfle excelle dans la conservation du ballon, c'est qu'il domine dans les rucks. Un secteur où les Français font encore preuve de trop d'indiscipline pour pouvoir rivaliser. "Contre l'Écosse, on a été pas mal sanctionnés au sol", regrette Mathieu Bastareaud. "A nous de bien jauger, savoir quand on peut attaquer le ballon ou laisser et se remettre en ligne. Avec leur efficacité et leur organisation, ils vont nous sanctionner si on est quatre ou cinq dans les rucks."

Relever le défi sans trop se consumer, l'équilibre est comme toujours face à cette nation délicat à trouver: "se replacer rapidement, ne pas trop contester et être capable de résister longtemps", résume le deuxième ligne Félix Lambey.

Le plaqueur-gratteur Wenceslas Lauret, devenu un homme-clé du sélectionneur Jacques Brunel, sera très utilisé dans ce combat pour "ralentir leurs ballons", ajoute Lambey en fournissant la recette du contest à l'économie: "un plaqueur qui se relève vite, un gratteur mais pas plus".

. Des gants de boxe aux parapluies

Pour ne pas sombrer face au jeu au pied irlandais comme en Angleterre (44-8), les Bleus se sont entraînés à réceptionner des chandelles... avec des gants de boxe. "Pour travailler le timing et serrer les bras au lieu des mains dont on a l'habitude de se servir", explique Huget, qui avait vécu un calvaire au poste d'arrière à Twickenham.

"Les jeux au pied anglais et irlandais sont totalement différents", note cependant le Toulousain, selon qui les Bleus ont bien préparé la façon dont Sexton et Conor Murray allaient mettre sous pression le troisième rideau défensif français. "Il va falloir s'adapter très vite par rapport à l'endroit où ils vont taper."

S'adapter à la météo, aussi, tout sauf un détail en cas de pluie face à Murray, dont la précision au pied est "fatale", selon l'ailier français. "Même si on est habitués", relativise-t-il. Est-il aussi rodé à la pluie verglaçante qui pourrait bien tomber dimanche?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.