Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Esport: Tyler "Ninja" Blevins, de geek à superstar, grâce à Fortnite

Esport: Tyler "Ninja" Blevins, de geek à superstar, grâce à Fortnite
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

A 27 ans, Tyler Blevins, alias “Ninja”, vit sa vie rêvée. Le succès fulgurant de Fortnite a fait de ce jeune Américain une superstar: une première pour un joueur professionnel de jeux vidéo.

Plus jeune, comme beaucoup d’ados, Tyler Blevins passait des heures à jouer sur son ordinateur dans le sous-sol de la maison familiale à Chicago. Désormais, il fréquente Neymar, Drake ou Travis Scott, voyage à travers le monde, est sponsorisé par Red Bull et invité sur les plus grands plateaux télé aux Etats-Unis.

Les plus de trente ans ignorent sans doute son existence mais demandez aux 10-25 ans: s’ils sont fans de jeux vidéos, ils ne connaissent que lui et ses cheveux fluos. Ils sont d’ailleurs 13 millions à le suivre sur la plateforme Twitch et plus de 21 millions sur Youtube juste pour le regarder jouer.

A force de manier la souris et le clavier, il est devenu le boss du jeu vidéo Fortnite, carton planétaire qui a bousculé le secteur du gaming lors de son lancement en 2017. Aujourd’hui, personne ne maîtrise mieux que lui le mode “Battle royale” du jeu phénomène.

“J’ai commencé à jouer à Fortnite et j’ai trouvé ça fun. C’est gratuit, ce qui est génial, et je suis juste tombé amoureux du jeu”, raconte-t-il dans un entretien avec l’AFP.

- Un job à plein temps /p>

“C’est sympa à regarder. Ça raconte une histoire et c’est très simple: tu commences avec 100 joueurs et le dernier survivant gagne”, dit-il pour expliquer le succès du jeu aux 200 millions d’inscrits.

Une journée typique pour Ninja ? Le matin, “je prends mon café, puis je streame (joue en direct sur un réseau) pendant environ six heures. Après je prends une pause avec ma femme et je m’y remets en général le soir pour une autre session de gaming”.

Au début, tout ça n‘était qu’un hobby, mais assez vite, alors qu’il est encore étudiant, il commence à en tirer des revenus intéressants. Depuis huit ans, le streaming est son job à plein temps.

“J’ai dit à ma mère que si j’arrivais à me faire plus que le salaire minimum, je streamerai à temps plein et elle était d’accord”, déclare-t-il. “Mes parents étaient hésitants au début, mais vous savez, les chèques ne mentent pas ! Quand j’ai commencé à gagner de l’argent, ils ont compris.”

Grâce au succès de Fortnite, ses revenus sont aujourd’hui estimés à 500.000 dollars par mois, de quoi rassurer Cynthia et Chuck, ses parents.

Mais ce succès phénoménal ne s’est pas fait dans la facilité, souligne-t-il. Pour y arriver, “j’ai dû sacrifier beaucoup de choses. Je ne traînais jamais avec mes amis sauf pour jouer aux jeux vidéo. J’ai été un petit copain horrible pour les petites amies que j’ai eues quand j’ai commencé. Je les ai négligées car je jouais tout le temps aux jeux vidéos.”

Plan B –

Avec la folle expansion du secteur du gaming et de l’esport, certains jeunes sont tentés de suivre sa voie en se lançant dans une carrière de gamer. “C’est très difficile. Ayez toujours un plan B”, prévient-il. D’autant que le secteur, en forte croissance, reste volatile.

Au top depuis son lancement, Fortnite semble aujourd’hui en perte de vitesse face à la concurrence d’Apex Legends, un jeu de tir qui s’est immédiatement imposé parmi les titres les plus suivis.

De quoi avoir un impact sur sa carrière ? “Je vais continuer à jouer à Fortnite jusqu‘à ce que je pense que le jeu n’est plus bénéfique pour moi. Mais c’est un jeu sympa, il ne va pas disparaître du jour au lendemain. Au pire, il lui reste cinq ans”, prédit-il.

En revanche, il en est certain, le streaming n’est pas une mode éphémère, et son succès non plus. “Quoi qu’il arrive, je ne serai jamais mauvais aux jeux vidéo. Je peux commencer un jeu et devenir très bon très vite. Je ne pense pas que mon âge sera un problème avant mes 40 ou 50 ans. Et même à ce moment-là, qui sait ?”

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.