Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nouvelle-Zélande : la Première Ministre à la rencontre d'une communauté meurtrie

Nouvelle-Zélande : la Première Ministre à la rencontre d'une communauté meurtrie
Tous droits réservés
New Zealand Prime Minister's Office/Handout via REUTERS
Taille du texte Aa Aa

Après l’attaque terroriste contre deux mosquées de Christchurch qui ont fait au moins 49 morts, la Première ministre de Nouvelle-Zélande est allée à la rencontre des représentants de la communauté musulmane de la Ville. Jacinda Ardern leur a réaffirmé le soutien de tout un pays.

Jacinda Ardern, Première Ministre de Nouvelle-Zélande

"La mission que j’ai, c’est d’assurer votre sécurité, votre liberté de culte, votre liberté d’exprimer votre culture et votre religion."

L’attaque a provoqué une onde de choc en Nouvelle-Zélande, C’est le plus gros massacre qui n’est jamais eu lieu dans ce pays réputé accueillant.

"Sur les incidents et les actes auxquels nous avons assistés ces dernières 24, 36 heures, la Nouvelle-Zélande, c’est celle que vous voyez maintenant. Rien de ce qui a mené à cela ne nous représente nous ou cette ville.", a-t'elle ajouté.

Dans ce pays de 5 millions d’habitants, seuls 1% s’identifient comme musulmans . La Première Ministre a d’ore et déjà promis de durcir les lois sur les ports d’arme alors qu’on estime qu’un 1,2 millions sont en circulation.

Une revendication envoyée à la Première Ministre avant l'attaque

Ce samedi, on a appris que la service de la Première Ministre avaient reçu un texte de revendications de la part de l'extrémiste australien Brenton Tarrant, auteur présumé du carnage, 10 minutes avant qu'il ne passe à l'acte. Ce texte a été envoyé à plusieurs responsables de partis politiques à travers le pays. L'auteur l'avait également publié sur les réseaux sociaux.