DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Exclure l'athlète Semenya revient à interdire les basketteurs très grands, selon des spécialistes

Taille du texte Aa Aa

Exclure la coureuse sud-africaine Caster Semenya des pistes d'athlétisme car elle produit naturellement trop de testostérone serait aussi peu scientifique qu'interdire à un basketteur de jouer parce qu'il est trop grand, estiment jeudi deux scientifiques dans la revue médicale BMJ.

"Pour devenir un bon athlète, il faut bien plus qu'un haut niveau de testostérone, une grande taille ou de grands pieds, qui peuvent tous être considérés comme un avantage génétique", a déclaré à l'AFP l'une des deux signataires, Cara Tannenbaum, professeur de médecine et de pharmacie à l'université de Montréal (Canada).

Elle cosigne une tribune dans la prestigieuse revue médicale britannique avant une décision très attendue du Tribunal arbitral du sport (TAS). Il doit trancher d'ici le 26 mars un litige entre Caster Semenya et la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF).

La double championne olympique du 800 m conteste un règlement de l'IAAF, qui impose aux femmes "hyperandrogènes" de faire baisser, avec des médicaments, leur taux de testostérone pour participer aux épreuves internationales du 400 m au mile (1609 m).

L'IAAF estime que leur taux élevé de testostérone (hormone mâle aussi utilisée comme produit dopant) les avantage par rapport aux autres concurrentes.

Ce règlement "risque d'instaurer un précédent sans fondement scientifique pour d'autres types d'avantages génétiques", écrivent dans le BMJ Cara Tannenbaum et la docteur Sheree Bekker, de l'université de Bath (Angleterre).

"Si on exclut des courses les femmes athlètes qui ont génétiquement de hauts niveaux de testostérone, empêchera-t-on aussi les hommes extraordinairement grands de jouer au basket?", s'est interrogée la Pr. Tannenbaum auprès de l'AFP.

Selon elle, ce raisonnement pourrait également s'appliquer au Jamaïcain Usain Bolt, aujourd'hui retraité mais qui a archi-dominé le sprint pendant près de 10 ans.

"Cela n'aurait eu aucune base scientifique de l'exclure des jeux Olympiques" en raison de son patrimoine génétique hors du commun, a-t-elle jugé.

"Devenir un ou une athlète performant(e) nécessite des milliers d'heures d'entraînement, de la concentration, de la discipline, de l'équipement, et ce ne serait pas scientifique d'exclure un sportif ou une sportive sur la base d'un unique facteur génétique", a insisté la Pr. Tannenbaum.

Dans leur article, elles assurent en outre que l'avantage apporté à ces coureuses par leurs hauts niveaux de testostérone n'est pas prouvé scientifiquement.

En 2017, une étude commandée par l'IAAF concluait que ces niveaux produits naturellement par les femmes comme Semenya ou l'Indienne Dutee Chand leur donnaient un avantage "significatif" dans certaines épreuves.

"Ces résultats n'ont pu être reproduits de façon indépendante", selon Sheree Bekker et Cara Tannenbaum.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.