DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Nouvelle-Zélande réagit au carnage des mosquées en interdisant les fusils d'assaut

La Nouvelle-Zélande réagit au carnage des mosquées en interdisant les fusils d'assaut
Taille du texte Aa Aa

La Nouvelle-Zélande a réagi rapidement au carnage des mosquées en interdisant jeudi les armes semi-automatiques et fusils d'assaut, ce qui a relancé les appels au contrôle des armes à feu aux Etats-Unis.

Cinquante fidèles ont été abattus il y a près d'une semaine par un suprémaciste blanc dans deux mosquées de Christchurch, la plus grande ville de l'île du Sud, un massacre qu'il a filmé et diffusé en direct sur Facebook.

La police a annoncé que la totalité des victimes étaient désormais identifiées, permettant de soulager la frustration des familles alors que la coutume musulmane veut que les morts soient enterrés le plus rapidement possible, généralement dans les 24 heurs suivant le décès.

La Première ministre Jacinda Ardern avait promis immédiatement après la tuerie un durcissement d'une législation qui avait permis au tueur d'acheter en toute légalité l'arsenal ayant servi à l'attaque.

"Toutes les armes semi-automatiques utilisées dans l'attaque terroriste de vendredi seront interdites dans ce pays", a déclaré moins d'une semaine plus tard la cheffe du gouvernement en détaillant une panoplie de mesures qui concrétisent sa promesse.

Les chargeurs à grande capacité et autres dispositifs qui permettent des tirs plus rapides seront également hors la loi.

La réforme de la législation sera présentée au Parlement début avril mais dans l'intervalle, des mesures provisoires empêcheront toute ruée sur les armes, ce qui signifie qu'une interdiction de facto est déjà en vigueur.

"C'est une bonne chose, pourquoi aurions nous besoin de telles armes dans nos maisons?", a déclaré à l'AFP Kawthar Abulaban, 54 ans, qui a survécu à l'attaque contre la mosquée al-Nour, la première visée par l'extrémiste australien de 28 ans.

- "Violence des armes" -

Un programme de rachat va être lancé pour les armes déjà en circulation, d'un coût estimé entre 100 millions et 200 millions de dollars néo-zélandais (jusqu'à 120 millions d'euros). D'après les estimations basses, 1,5 million d'armes sont en circulation en Nouvelle-Zélande, soit trois pour 10 habitants, moins qu'au Etats-Unis (plus d'une par habitant).

L'attaque a provoqué de nombreux débats, tant en Nouvelle-Zélande qu'à l'étranger, sur l'accès aux armes et l'utilisation des réseaux sociaux par les extrémistes.

"C'est à ça que ressemblent de vraies mesures pour arrêter la violence due aux armes", a réagi le sénateur américain Bernie Sanders, candidat démocrate à la présidentielle américaine. "Il faut suivre l'exemple néo-zélandais, confronter la NRA (National Rifle Association, puissant lobby des armes) et interdire la vente et la distribution des armes d'assaut aux Etats-Unis".

L'élue démocrate Alexandria Ocasio-Cortez a dénoncé l'incapacité de son pays à mettre en oeuvre des mesures y compris modestes après les masscres successifs comme celui de l'école primaire de Sandy Hook de 2012, qui avait fait 26 morts, dont 20 enfants. "Sandy Hook s'est produit il y a six ans et on n'arrive même pas faire voter le Sénat sur une vérification universelle des antécédents".

Dana Loesch, porte-parole de la NRA a déclaré que "les Etats-Unis ne sont pas la Nouvelle-Zélande. Ils n'ont pas un droit inaliénable aux armes et à l'autodéfense contrairement à nous".

A Christchurch, pour la deuxième journée consécutive, des centaines de personnes se sont rassemblées sous un ciel gris pour faire leurs adieux aux victimes du tueur, y compris une habitante convertie à l'islam et un homme mort en saluant celui qui allait le tuer.

Des élèves pleuraient en accompagnant les cercueils de Sayyad Milne, 14 ans et Tariq Omar, 24 ans.

- Tombes fraîches -

Le père de Sayyad, John Milne, a déclaré que son fils avait été abattu alors qu'il priait à la mosquée Al-Nour. "Son tout petit" rêvait d'être gardien de but à Manchester United, a-t-il expliqué à l'AFP.

Parmi les présents, beaucoup sont scolarisés au lycée Cashmere, l'établissement que fréquentaient Sayyad mais aussi Hamza Mustafa, un réfugié syrien enterré la veille.

Tariq Omar entraînait des équipes de football junior à la Christchurch United Academy. D'après la presse locale, sa mère l'avait déposé à al-Nour le jour du massacre et a survécu car elle cherchait une place de parking pour se garer.

Colin Williamson, directeur de la United Academy, a décrit Omar comme "un être humain magnifique, avec un coeur gigantesque et un grand amour pour le coaching".

Une voisine de la famille Milne se désole en regardant le nombre de tombes fraîches encore vides.

"Ce qui m'a frappé, c'est toutes ces tombes qui attendent, et la place qu'elles prennent", a-t-elle dit.

Dans un "manifeste" sur le "grand remplacement", théorie complotiste populaire dans les milieux d'extrême droite qui considère que les populations blanches européennes sont "remplacées" par des populations immigrées, le tueur avait dit vouloir attiser le conflit entre l'islam et l'occident.

Mais à Christchurch, les fidèles de toutes les religions se sont réunis pour témoigner de leur solidarité, la ville étant recouverte de gerbes de fleurs et de messages d'unité.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.