DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mondiaux de patinage: Papadakis et Cizeron quatre à quatre

Mondiaux de patinage: Papadakis et Cizeron quatre à quatre
Taille du texte Aa Aa

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, sacrés champions du monde de danse sur glace pour la quatrième fois, samedi à Saitama (Japon), n'ont de cesse de dicter le tempo de leur discipline depuis leur explosion précoce au plus haut niveau en 2015.

Papadakis et Cizeron Sur la même glace japonaise il y a cinq ans, Papadakis et Cizeron, alors âgés de 18 et 19 ans, vivaient leurs tout premiers Championnats du monde. Ils s'étaient alors classés treizièmes.

Dès l'hiver suivant, le duo français connaissait une ascension fulgurante en conquérant or européen et or mondial. Depuis, il n'a plus quitté les sommets. Cet hiver post-olympique en est une nouvelle illustration.

Après une saison olympique forcément éprouvante, au cours duquel les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir (désormais retirés de la compétition) les avaient privés d'or aux JO-2018 après un malencontreux incident de robe, Papadakis et Cizeron ont enrichi leur palmarès d'un cinquième titre européen consécutif (2015-2019) et d'une quatrième couronne mondiale (après 2015, 2016 et 2018).

"C'est bizarre de réaliser qu'on a fait tout ce chemin en juste cinq ans, en termes de résultats mais surtout de chemin dans nos têtes", reconnaît Papadakis.

Les vice-champions olympiques 2018 ont cumulé un score record de 222,65 points. Ils ont devancé les Russes Victoria Sinitsina et Nikita Katsalapov (211,76) et les Américains Madison Hubbell et Zachary Donohue (210,40), leurs partenaires d'entraînement à Montréal.

La veille, Papadakis et Cizeron avaient tutoyé la perfection dès la danse rythmique (88,42). Samedi, ils ont également dominé la danse libre (134,23).

- "Garder de l'énergie" -

Désormais quadruples champions du monde, ils rejoignent dans l'histoire du patinage français Andrée et Pierre Brunet, les seuls titrés autant de fois, en couples (1926, 1928, 1930 et 1932). A seulement 23 ans pour elle, 24 ans pour lui.

Au-delà, le duo imprime un peu plus encore sa marque sur la danse sur glace. Il devient le septième tandem quatre fois médaillé d'or mondial et se rapproche à deux unités du record de sacres détenu par les Soviétiques Lyudmila Pakhomova et Alexandr Gorshkov (six titres entre 1970 et 1976).

Ni une reprise de l'entraînement tardive l'été dernier, le temps de souffler après une olympiade éreintante, ni un hiver allégé en raison du dos bloqué de Cizeron début novembre (une seule étape du Grand Prix, pas de finale), n'ont dévié Papadakis et Cizeron de leur brillante trajectoire.

"Comparativement à l'an dernier, il y avait moins de pression, on a pris les choses un peu plus sereinement, avec un peu plus de calme, explique-t-il. C'était la bonne chose à faire, c'est un tremplin pour les prochaines années, on essaie de garder un peu d'énergie pour les trois prochaines."

"On savait que ce serait une année où on aurait besoin de recharger les batteries. On avait besoin de prendre ça tranquillement, ça ne veut pas dire moins de travail et d'ambition, mais moins de pression contre soi-même. Ca nous a fait du bien", complète-t-elle.

"On a pris cette saison comme une saison de transition physique, mentale, morale", résume leur entraîneur Romain Haguenauer.

- Chen malgré la "Hanyumania" -

Pour le patinage français, c'est la seule médaille de la compétition, après la désillusion connue par Vanessa James et Morgan Ciprès en couples (5e). James avait violemment percuté un autre patineur dès l'échauffement précédant leur programme court.

Côté messieurs, l'extrême popularité de Yuzuru Hanyu (24 ans), légende vivante au Japon, n'a pas été démentie. Il suffisait de voir l'encombrement sur la glace une fois sa prestation achevée: une telle quantité de peluches "Winnie l'ourson" - plusieurs centaines, un millier ? - était tombée des tribunes que Nathan Chen n'avait plus qu'une demi-patinoire à disposition pour se préparer !

"Patiner après ça, évidemment il y avait de la pression mais c'était un immense honneur. Heureusement, les peluches étaient toutes du même côté de la patinoire et j'ai pu m'échauffer", sourit-il.

Mais cette incroyable ferveur, qui va jusqu'à saturer les enregistreurs, n'a pas suffi. Pour sa première compétition depuis mi-novembre, la faute à sa cheville droite blessée, le double champion olympique en titre, distancé avant le programme libre, n'a pas pu rattraper Chen (300,97 contre 323,42), impeccable. Le jeune Américain, qui jongle, à 19 ans, entre patinage et études à la prestigieuse université de Yale depuis la rentrée, conserve la couronne de champion du monde.

"J'ai perdu et pour être honnête, ça me tue", lâche Hanyu.

Peut-être une consolation pour "Yuzu" : il a sauvé l'honneur du Japon en lui apportant son unique médaille de la compétition.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.