DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Voile: les Ultim commencent en double et finissent seuls en 2023

Voile: les Ultim commencent en double et finissent seuls en 2023
Taille du texte Aa Aa

A bateaux d'exception, programme exceptionnel. Les Ultim, ces maxi-trimarans "volants" de 32 m, se sont concoctés une série de compétitions sur mesure, d'une course en double en novembre à une course autour du monde inédite en solitaire en 2023.

Après une Route du Rhum dévastatrice pour la flotte très élitiste qui a entraîné le report de la fameuse course autour du monde historique en solo, armateurs et skippers ont livré mardi à Paris leur programme pour les quatre prochaines années.

"Il y a un mix équipage et solitaire, c'est ce qu'on aime faire. C'est un programme dense et riche. C'est très galvanisant", s'est réjoui Thomas Coville, skipper de Sodebo.

Le premier rendez-vous sportif est fixé au 3 août avec la Rolex Fasnet. Mais la rampe de lancement sera une course imaginée pour et par les Ultim: la Brest Atlantiques.

Cette compétition se jouera en double sous la forme d'une longue boucle. Les géants des mers partiront de Brest le 3 novembre pour se diriger vers Le Cap puis remonter en direction de Rio et ensuite revenir sur le bout de la pointe de la Bretagne.

"Les problèmes que nous avons eus sur la Route du Rhum ont fait que nous ne pouvons pas être au départ de notre tour du monde l'hiver prochain. On passe de ce tour du monde à cette Brest Atlantiques. C'est une grande course, avec quasiment un mois en mer à sillonner l'Atlantique", a souligné François Gabart (Macif).

Le départ sera donné une semaine après celui de la Transat Jacques-Vabre, course également en double du Havre à Salvador de Bahia (Brésil) et qui n'accepte pas les Ultim.

- Programme ambitieux -

En 2020, ce sera The Transat (départ le 10 mai, course ouverte à plusieurs classes), puis en 2021, The Arch - Tour d'Europe (départ le 21 mai à Hambourg) -, avant une course autour du monde en équipage fin 2021 (date et lieu à déterminer). Et en 2022, les Ultim seront à nouveau en lice sur la Route du Rhum, une course également ouverte à plusieurs classes.

Le point d'orgue sera fin 2023 avec la course tant attendue autour du monde en solitaire.

"C'est un programme chargé, ambitieux, au niveau de l'ambition de nos bateaux qui sont techniquement et technologiquement fabuleux et capables d'aller à des vitesses extraordinaires. Je suis ravi de faire partie de cette classe", s'est félicité Gabart.

La classe Ultim 32/23 (dimensions maximales du bateau: 32 m de long pour 23 m de large) a été créée en janvier 2018. Elle est le fruit d'un collectif monté en décembre 2013 et qui compte 5 membres adhérents, tous aux manettes de la classe: Actual (skipper: Yves Le Blévec), Banque Populaire (Armel Le Cléac'h), Gitana (écurie Edmond de Rothschild), Macif (Gabart) et Sodebo (Coville).

Coville vient de prendre en main son tout nouveau bateau et l'ancien a été revendu à Le Blévec. Banque Populaire, dont l'Ultim a été intégralement détruit lors de la Route du Rhum, fait construire une nouvelle monture pour 2021. Enfin, Gabart attend sa prochaine super machine début 2021 et le bateau actuel, datant de 2015, sera mis en vente, ce qui portera à 6 le nombre d'Ultim dans le monde.

A noter que Fancis Joyon, vainqueur de la dernière Route du Rhum, et son sponsor Idec n'ont pas rallié la classe Ultim.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.