DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Libye: des combattants pro-Haftar chassés d'un barrage près de Tripoli

Taille du texte Aa Aa

Des combattants fidèles au maréchal controversé libyen Khalifa Haftar ont été chassés vendredi avant l'aube d'un barrage de sécurité à 27 km à l'ouest de Tripoli, selon une source de sécurité.

Le spectre d'un nouvel embrasement en Libye a refait surface après le lancement jeudi par les forces pro-Haftar d'une offensive pour prendre la capitale Tripoli, où est basé un gouvernement reconnu par la communauté internationale.

Le même jour, un convoi armé du maréchal Haftar a pris position à 27 km de Tripoli, après s'être emparé d'un barrage à l'entrée ouest de la capitale libyenne.

Mais vendredi, une milice rivale originaire de la ville de Zawiya, située à une vingtaine de km plus à l'ouest de ce barrage, a repris cette position après un "court accrochage", a indiqué une source de sécurité à Tripoli.

Selon un journaliste de l'AFP sur place, la circulation était fluide dans la matinée à ce barrage où se trouve un seul véhicule de sécurité dont l'appartenance est inconnue.

Après la reprise du barrage, des dizaines de combattants de l'Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée par le maréchal Haftar, ont été faits prisonniers et leurs véhicules saisis, selon la source de sécurité.

Des photos de ces "prisonniers" portant des uniformes militaires et assis à même le sol dans un lieu inconnu, circulent sur les réseaux sociaux. Mais il n'était pas possible de les authentifier dans l'immédiat.

La force de protection de Tripoli, une coalition de milices tripolitaines, a indiqué avoir participé à la reprise du barrage, après avoir annoncé une contre-offensive pour stopper l'avancée de l'ANL.

Elle a donné le nom de "Ouadi Doum 2" à l'opération, en allusion à la défaite en 1987 du maréchal Haftar, alors officier sous le régime Kadhafi, dans la région de Ouadi Doum sur la bande d'Aouzou, à la frontière du Tchad. M. Haftar s'était fait prisonnier dans cette guerre visant à maintenir la présence de la Libye sur la bande d'Aouzou.

Du côté du gouvernement internationalement reconnu, le Premier ministre Fayez al-Sarraj, a donné mercredi soir l'ordre aux forces qui le soutiennent de "faire face à toute menace".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.