DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fed Cup: Garcia, un doute à lever

Fed Cup: Garcia, un doute à lever
Taille du texte Aa Aa

Remettre le travail sur l'ouvrage. Grand artisan du retour en Bleu de Caroline Garcia face aux Belges après deux ans d'absence en Fed Cup, Julien Benneteau devrait sauf surprise de nouveau la convoquer lundi pour affronter la Roumanie en demi-finales (20-21 avril), et lever ainsi le doute semé par la Lyonnaise.

Rien n'est jamais acquis. C'est ce qu'a certainement dû se dire Julien Benneteau après sa toute première rencontre en tant que capitaine de Fed Cup face à la Belgique. Et si sa liste dévoilée lundi semble dépourvue de surprise, elle ne manquera pourtant pas d'intérêt.

Ce week-end à la mi-février s'était pourtant parfaitement déroulé. A Liège face aux Belges, de sérieuses clientes, la N.1 française avait retrouvé les Bleues qu'elle avait quittées deux ans plus tôt, engrangé deux victoires convaincantes et validé dimanche le billet des demi-finales, bien aidée par le travail d'Alizé Cornet la veille.

- Graine du doute -

La crise de près de deux ans qu'avait traversée l'équipe de France à la suite de son départ juste après la finale perdue face aux Tchèques en novembre 2016 n'était plus qu'un mauvais souvenir. Et à entendre Alizé Cornet, Kristina Mladenovic et Caroline Garcia, un vent nouveau, fait de respect et de sourires, soufflait désormais sur les Bleues.

Mais juste après sa victoire sur Elise Mertens, Garcia n'avait pas souhaité prolonger l'euphorie. La Lyonnaise avait en effet planté la graine du doute sur son CDI en Bleu, même après la qualification pour les demi-finales.

"J'ai accepté cette sélection pour la Belgique, ça s'est très bien passé, on a la victoire. Après (la demi-finale, ndlr) c'est dans plusieurs mois, et les choses avancent comme elles avancent...", avait-t-elle lâché.

Peut-être une maladresse. Mais Garcia n'avait à l'époque pas voulu "se projeter". Un léger coup de froid venu très rapidement rafraîchir l’enthousiasme du capitaine.

Les raisons de l'hésitation de la Lyonnaise tiennent sans doute à l'historique du groupe qui, s'il a pu faire abstraction de ses querelles internes et afficher une belle cohésion le temps des retrouvailles, a peut-être besoin de plus d'un week-end pour se pacifier totalement.

La brouille entre Kristina Mladenovic et Caroline Garcia, entretenue par intermittence par d'autres joueuses, est peut-être également un peu plus profonde que ce que les filles avaient bien voulu dire.

- Garder le cap -

Pour autant, vu la philosophie affichée par Benneteau, guidé par son envie de sélectionner "la meilleure équipe possible", le cap du Bressan ne devrait pas varier. Rien ne semble indiquer qu'il ne convoquera pas Caroline Garcia une deuxième fois.

Après cette parenthèse Fed Cup, la Lyonnaise n'a en revanche pas vraiment réussi à surfer sur ses deux meilleurs matches de ce début de saison. Un forfait à Doha et deux défaites face à Jennifer Brady (117e mondiale) -sa bête noire cette saison- à Dubaï (2e tour) et à Indian Wells... Elle a en revanche plutôt bien négocié Miami, battue en 8e de finale par la Tchèque et N.3 mondiale Petra Kvitova. Son timide début de saison la laisse toutefois loin devant les autres Françaises au classement (20e mondiale), et la place tout naturellement en haut de la liste.

Quant aux autres filles, Kristina Mladenovic (66e mondiale), qui n'avait pas disputé un seul match face aux Belges, s'est offert la N.1 mondiale Naomi Osaka à Dubaï. Un exploit sans lendemain pour une joueuse toujours en quête de son jeu qui l'avait amené aux portes du Top 10 il y a plus d'un an et demi.

Seule véritable inquiétude pour Benneteau, la blessure d'Alizé Cornet (49e mondiale), touchée à un adducteur, et qui a déclaré forfait à Charleston.

Un forfait de ce calibre face à la Roumanie emmenée par la N.2 mondiale Simona Halep, sur terre battue, compliquerait considérablement la tâche des Bleues.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.