DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trop d'argent pour Notre-Dame: Pamela Anderson en colère contre la fondation OM

Pamela Anderson le 27 février 2019 à Graz en Autriche
Pamela Anderson le 27 février 2019 à Graz en Autriche -
Tous droits réservés
ERWIN SCHERIAU
Taille du texte Aa Aa

Pamela Anderson a déserté le gala de la Fondation OM mardi soir, avec son compagnon Adil Rami, défenseur de l'équipe olympienne, furieuse de voir que 100.000 euros étaient récoltés pour Notre-Dame de Paris alors que la soirée était dédiée à l'enfance marseillaise en difficulté.

L'OM a précisé mercredi soir que le gala avait permis de récolter 439.760 euros, et qu'à l'issue de la soirée, le montant des dons pour les actions sociales à Marseille et dans sa région avait représenté trois fois la somme récoltée pour Notre-Dame de Paris. Tout en précisant que "Madame Pamela Anderson ne faisait pas partie" des donateurs.

"Hier soir, nous étions au gala annuel de l'@OM_Officiel pour aider à récolter de l'argent pour la jeunesse en difficulté de Marseille", avait déclaré l'ex-star d'Alerte à Malibu sur son compte Twitter: "Une somme conséquente d'argent avait été récoltée pour cette grande cause. Puis, soudain, un +formidable lot surprise+ est proposé pour la reconstruction de Notre-Dame???".

"Avec cette fabuleuse guitare de Bruce Springsteen, ils ont récolté presque deux fois plus d'argent que tout ce qui avait été obtenu depuis le début de la soirée pour les enfants. J'étais tellement en colère et déçue que j'ai demandé à Adil si nous pouvions partir. Et nous l'avons fait", poursuivait-elle.

"Sûrement que les enfants de Marseille auraient plus eu besoin de ces 100.000 euros que cette cathédrale qui a déjà reçu plus d'un milliard d'euros de dons de plusieurs milliardaires", concluait-elle, espérant que "la fondation OM reviendra sur ce don et l'affectera là où c'est nécessaire".

Le club a précisé que la guitare de Bruce Springsteen avait été remportée par le président américain de l'OM, Frank McCourt, "à titre personnel".

Très présente sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter, Pamela Anderson a récemment dénoncé l'arrestation de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, à Londres, accusant la Grande-Bretagne d'avoir agi comme "la putain de l'Amérique" et d'avoir "besoin d'une diversion pour (son) stupide Brexit".

Sur la crise des "gilets jaunes", la star canadienne, fervente défenseure de la cause animale, s'en était pris à la "violence structurelle des élites" en France et dans le monde, au lendemain de violents incidents qui avaient émaillé le mouvement: "Je méprise la violence... mais que représente la violence de tous ces gens, ces luxueuses voitures brûlées, en comparaison de la violence structurelle des élites françaises - et mondiales ?", avait-elle tweeté.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.