Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Algérie: l'armée oppose une fin de non-recevoir aux revendications des manifestants

L'ancien Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia, le 2 février 2019 à Alger
L'ancien Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia, le 2 février 2019 à Alger -
Tous droits réservés
RYAD KRAMDI
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le chef d‘état-major de l’armée algérienne a opposé mardi une fin de non-recevoir aux revendications des manifestants en Algérie, qui réclament la mise en place d’institutions de transition ad hoc pour gérer l’après Abdelaziz Bouteflika, poussé à la démission le 2 avril.

La présidentielle prévue le 4 juillet en Algérie —dans les délais prévus par la Constitution— pour élire un successeur à M. Bouteflika, est la “solution idéale pour sortir de la crise”, a affirmé mardi le général Ahmed Gaïd Salah, dans un discours prononcé lors d’une de ses régulières visites sur le terrain.

Les manifestants exigent depuis le 22 février le départ de l’ensemble des figures du “système” au pouvoir en Algérie, en tête desquelles le chef de l’Etat par intérim Abdelkader Bensalah et Premier ministre Noureddine Bedoui, deux anciens proches de M. Bouteflika.

Les contestataires refusent aussi que les structures et personnalités de l’appareil hérité de M. Bouteflika organisent ce scrutin, alors que ses vingt années de pouvoir ont été marquées selon eux par des fraudes électorales.

Ils réclament un processus de transition hors des institutions et délais prévus par la Constitution, gérée par des structures spécialement mises en place et chargées de mener le pays vers une IIe République.

Pilier du régime durant 15 ans et devenu de facto l’homme fort de l’Algérie depuis qu’il a lâché M. Bouteflika, rendant sa démission inéluctable, le général Gaïd Salah a souligné mardi exclure que l’armée permette une transition hors du cadre constitutionnel.

- “Montants faramineux” /p>

Il a réitéré “l’attachement profond du Commandement de l’armée (…) à la Constitution”, car “tout changement ou amendement de ses dispositions ne relève pas des prérogatives” de l’armée mais “du président qui sera élu”. Il a martelé “la détermination” de l’armée “à ne pas s‘écarter de la voie constitutionnelle, quelles que soient les conditions et les circonstances”.

Le général Gaïd Salah a également assuré que l’armée veillerait à ce que les enquêtes judiciaires ouvertes sur des dossiers de corruption visant des personnalités liées au régime soient préservées des “pressions ou diktats”.

La Justice enquêtera “sans exclure aucun dossier et en se gardant de toute mesure arbitraire ou de règlement de comptes”, a précisé le général Gaïd Salah.

“Plusieurs dossiers lourds de corruption” concernant “des faits de spoliation des fonds publics avec des chiffres et des montants faramineux” ont été transmis à la justice par “les services de sécurité”, a-t-il également indiqué, promettant que “l’opération” anticorruption ne fait que commencer et assurant que l’Algérie sera “assainie définitivement de la corruption et des corrupteurs”.

Depuis le départ du pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika le 2 avril, la justice a indiqué avoir ouvert une série d’enquêtes sur des faits de corruption visant plusieurs puissants hommes d’affaires et hauts responsables de l’Etat.

Cinq puissants et richissimes hommes d’affaires, dont quatre proches de M. Bouteflika et de son frère et conseiller Saïd, ont été placées en détention provisoire.

Le général Gaïd Salah a récemment appelé la justice à “accélérer la cadence” des enquêtes, une demande assimilée à une “injonction” par ses détracteurs.

“Voleur!” /p>

Certains observateurs craignent que, tout en étant une réponse à la contestation qui dénonce les liens entre le pouvoir et les “oligarques” —des hommes d’affaires ayant fait fortune grâce à des contrats publics

-, ces enquêtes servent de levier de “purge” interne.

Mardi, le Parquet d’Alger a entendu durant plusieurs heures Ahmed Ouyahia, quatre fois Premier ministre depuis 1995, dont trois fois sous la présidence de M. Bouteflika, en lien, selon la télévision nationale, avec des dossiers de “dilapidation de fonds publics et d’avantages indus”.

M. Ouyahia a quitté le tribunal dans l’après-midi sans faire de déclaration, conspué par une foule qui l’a traité de “voleur”. Il n’a pas été possible de savoir dans l’immédiat s’il a été inculpé et, le cas échéant, placé ou non sous contrôle judiciaire.

Très impopulaire, M. Ouyahia a été limogé en mars par M. Bouteflika, dans l’espoir —vain— d’apaiser la contestation.

Il avait été précédé devant le Parquet d’Alger par l’actuel ministre des Finances Mohamed Loukal, gouverneur de la Banque centrale entre 2016 et sa nomination fin mars au gouvernement. Convoqué lundi, il en est ressorti lui aussi sans qu’il soit possible de savoir s’il a ou non été inculpé et s’il était placé sous contrôle judiciaire.

La justice avait annoncé le 20 avril convoquer MM. Ouyahia et Loukal, sans préciser si elle souhaitait les entendre comme témoins ou suspects, ni sur quels faits portent les dossiers.

Comme chaque mardi depuis le début du mouvement de contestation, des milliers d‘étudiants ont défilé dans le centre d’Alger et dans plusieurs villes d’Algérie.

“Le peuple veut juger Saïd” Bouteflika, ont notamment scandé les étudiants et étudiantes à Alger.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.