Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Athlétisme: Semenya en invitée surprise à Doha

Athlétisme: Semenya en invitée surprise à Doha
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La Sud-Africaine Caster Semenya, annoncée sur 800 m à Doha en dernière minute, sera la principale attraction du premier meeting de la Ligue de Diamant de la saison, vendredi, au surlendemain du jugement du Tribunal arbitral du sport (TAS) sur les athlètes hyperandrogènes.

Jeudi matin, le nom de la double championne olympique du 800 m est subitement apparu sur la liste de départ du double tour de piste du meeting qatari. Semenya préférait en effet attendre la décision du TAS avant de confirmer son engagement, a appris l’AFP auprès des organisateurs.

La course s’annonce riche en symboles: d’abord parce qu’elle sera la dernière, au niveau international, où des femmes hyperandrogènes pourront concourir sans suivre de traitement. Ensuite parce que les trois médaillées des Jeux de Rio sur la distance, toutes trois atteintes de ce dérèglement hormonal, seront sur la ligne de départ: Semenya donc, mais aussi la Burundaise Francine Niyonsaba et la Kényane Margaret Wambui.

Le TAS a débouté mercredi le recours de Semenya contre les règles de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) obligeant les athlètes hyperandrogènes, comme elle, à faire baisser leur taux de testostérone sous le seuil de 5 nmol/L de sang. Cette décision a immédiatement été saluée par l’IAAF qui a annoncé l’entrée en vigueur de son règlement dès le 8 mai, concédant seulement une semaine aux athlètes concernées pour faire baisser médicalement leur taux de testostérone.

Le TAS a cependant assorti son jugement de réserves sur plusieurs points du règlement de l’IAAF, jugé “discriminatoire”, mais “nécessaire, raisonnable et proportionné” pour atteindre l’objectif de l’IAAF de préserver l’intégrité de l’athlétisme féminin.

- “Deux classifications” –

L’instance de recours doute notamment de l’avantage athlétique des femmes hyperandrogènes sur le 1.500 m et le mile (1.609 m), alors que le règlement concerne les épreuves du 400 m au mile.

Interrogé sur la possibilité de retarder l’application du règlement sur ces deux distances, le président de l’IAAF Sebastian Coe a seulement et fermement répondu “non” lors d’une conférence de presse à Doha jeudi.

“L’athlétisme connaît deux classifications: par âge et par sexe. Nous nous acharnons à protéger ces deux classifications et je suis reconnaissant au TAS d’avoir conforté ce principe”, a indiqué le Britannique, qui a refusé de répondre à d’autres questions sur le sujet.

La présence de Semenya va occulter les autres courses de ce premier meeting de la saison qui est une bonne occasion pour les athlètes de repérer les lieux et de s’habituer au stade Khalifa avant les Mondiaux qui s’y tiendront du 27 septembre au 6 octobre.

Caster Semenya, si elle y revient en septembre, devra alors courir dans des conditions différentes en ayant fait baisser son taux de testostérone.

A moins que… L’affaire n’est en effet peut-être pas totalement terminée: Semenya peut faire appel devant le Tribunal fédéral suisse. D’autres athlètes qu’elle peuvent également attaquer le règlement devant le TAS. Margaret Wambui a ainsi évoqué jeudi sur Twitter un jugement “injuste”.

La ministre des Femmes d’Afrique du Sud Bathabile Dlamini s’est dite “extrêmement déçue” du jugement, son homologue des Sports Tokozile Xasa se déclarant “offusqué”.

La sprinteuse indienne hyperandrogène Dutee Chand, qui avait fait casser par le TAS un premier règlement de l’IAAF en 2015, a dit à l’AFP être “triste” pour Semenya, qui a “souffert” comme elle.

“La décision du TAS ne m’arrêtera pas”, a indiqué dans un communiqué Caster Semenya, déclarant dans un autre tweet: “Ils rient de moi parce que je suis différente, je ris d’eux parce qu’ils sont tous les mêmes.”

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.