Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Italie: à Superga il y a 70 ans, la fin tragique du "Grande Torino"

Italie: à Superga il y a 70 ans, la fin tragique du "Grande Torino"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ils étaient “Les Invincibles”. Il y a 70 ans, le 4 mai 1949, sur les hauteurs de Turin, un accident aérien coûtait la vie à toute l‘équipe du Torino, alors quintuple championne d’Italie en titre et dont le destin a laissé une trace extrêmement profonde dans la Péninsule.

Samedi, ils seront comme chaque année des milliers à grimper jusqu‘à la Basilique de Superga, une église baroque qui surplombe Turin. Il y a 70 ans, un soir de brouillard et de nuages bas, l’avion Fiat G.212 qui transportait l‘équipe du “Grande Torino” de retour d’un match amical à Lisbonne face au Benfica s’est encastré dans un mur d’enceinte de la Basilique.

Les 31 occupants de l’appareil, joueurs, membres du staff et de l‘équipage, journalistes, sont tous morts.

A 17 heures samedi, Andrea Belotti, capitaine de l’actuel Torino qui dispute ce vendredi le Derby de Turin face à la Juventus, lira les noms des 18 “Invincibles”, les joueurs disparus dans la catastrophe, dont le capitaine et symbole Valentino Mazzola, l’un des meilleurs joueurs de son époque.

Parmi la foule, il y aura aussi un Anglais, Bill Lievesley. Son père, Leslie Lievesley, était l’entraîneur du Torino et il est mort à Superga.

“Hors de l’Italie, la plupart des gens n’ont jamais entendu parler de la catastrophe de Superga. Le seul accident d’avion lié au football qu’ils connaissent, c’est celui de Manchester United”, a-t-il déclaré à l’AFP depuis son domicile dans le nord de l’Angleterre.

“Moi bien sûr je n’ai pas oublié, puisque ça a complètement changé ma vie.”

Bill avait dix ans quand son père, ancien défenseur de Manchester United et de Crystal Palace alors âgé de 37 ans, a succombé dans l’accident.

Lievesley était arrivé à Turin en 1947 pour entraîner les jeunes. Il avait ensuite coaché l‘équipe olympique italienne aux Jeux de 1948 avant de prendre en main l‘équipe première du Torino.

- Reconstruction et renaissance –

Bill Lievesley se souvient du 4 mai comme d’une “journée terrible, avec des nuages bas et pas de visibilité”. Quand il est rentré chez lui, sa mère Nellie lui a dit que les gens parlaient “d’un accident d’avion”.

Après le drame, ils sont repartis vivre en Angleterre. Mais Bill se souvient “des promenades à pied à Turin, du grand parc avec les statues, du pont sur le Pô et, bien sûr, de la vue depuis Superga”.

En Italie, le souvenir du “Grande Torino” est lui resté indélébile.

“Le Grande Torino était une équipe absolument sans équivalent. Elle est arrivée après la guerre, dans un moment de reconstruction et de renaissance pour l’Italie. Le Grande Torino l’a incarné”, a ainsi déclaré Urbano Cairo, l’actuel président de l‘équipe turinoise, cité vendredi dans le Corriere dello Sport.

Plusieurs cérémonies sont prévues samedi pour honorer la mémoire de cette équipe mythique, dont le souvenir est entretenu au musée du Grande Torino.

Autrefois installé à la Basilique de Superga, le musée a été déplacé à Grugliasco, à neuf kilomètres à l’ouest de la ville piémontaise.

Les visiteurs peuvent y voir des photos et des documents relatifs à l‘équipe, les anciens sièges du Stade Filadelfia, le carnet d’entraînement de Leslie Lievesley, offert par son fils, mais aussi des morceaux de l‘épave de l’avion accidenté.

Les dirigeants du musée espèrent pouvoir bientôt s’installer dans l’enceinte du Stade Filadelfia désormais rénové. “C’est impossible de penser qu’un club à l’histoire aussi riche que celle du Torino n’a pas de musée soutenu par le club”, a regretté Domenico Beccaria, responsable du musée, interrogé par l’AFP.

L’histoire du club n’a plus jamais atteint les sommets conquis par les membres du Grande Torino, malgré un nouveau scudetto en 1976. Mais elle s‘écrit toujours et cette saison, le Torino peut se qualifier pour la Ligue des Champions.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.