DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pro D2: Vannes, le tube de la saison

Pro D2: Vannes, le tube de la saison
Taille du texte Aa Aa

"Ça va être de la folie!" Joueurs et habitants de Vannes étaient déjà en ébullition vendredi alors que le club breton, encore en Fédérale il y a trois saisons, s'apprête à défier dimanche Mont-de-Marsan avec à la clé un barrage à domicile en cas de victoire.

"On peut aller chercher quelque chose d'historique pour le club. Forcément il y a de la pression mais c'est de la bonne pression!", s'enthousiasme le solide centre Kevin Burgaud, au club depuis douze saisons.

Pour l'entraîneur Jean-Noël Spitzer, l'objectif de la saison, qui était d'être en position de se qualifier pour les phases finales à l'occasion de la dernière journée, est déjà tenu.

"On parle de continuité mais une équipe ça ne dure qu'une saison, on a ouvert le livre le 30 mai quand on s'est retrouvés et on va le finir: on aimerait qu'il reste quelques pages. Ce sera de toute façon un joli livre quoi qu'il arrive", philosophe l'entraîneur emblématique du club à l'hermine.

Les joueurs n'ont qu'à déambuler dans les halles pour se rendre compte de l'engouement. "Ça va être de la folie, on a trop hâte d'être dimanche", lance Max, qui tient une épicerie fine, rappelant que le club fondé en 1950 a remporté le dernier trophée du meilleur public de France décerné par la Ligue.

Preuve de la fièvre qui secoue la préfecture du Morbihan, les 4.000 places en vente ont trouvé acquéreur en moins de 40 minutes et l'enceinte de La Rabine sera à nouveau à guichets fermés, selon le club. Aussi, un écran géant sera installé sur l'esplanade jouxtant le port et la Rabine tandis que les joueurs entreront au stade en passant par le port pour un bain de foule, un peu comme au stade Mayol de Toulon, également situé en centre-ville.

- Prêts du Racing -

Le président Olivier Cloarec, qui dit "ne pas penser" à une éventuelle montée, rappelle que le club "approche les 8.000 personnes de moyenne avec un taux de remplissage à plus de 90%", en mettant en avant l'identité bretonne, avec un budget de huit millions d'euros et 330 partenaires. Une nouvelle tribune doit être inaugurée en début de saison prochaine, augmentant la capacité du stade à 9.600 places.

Pour passer un cap sportivement, le club est allé chercher des joueurs expérimentés comme le troisième ligne Hugh Chalmers, dix saisons à Bordeaux-Bègles, ou le deuxième ligne international irlandais Dan Tuohy. Et aussi en passant une convention de partenariat avec le Racing 92, qui lui permet d'avoir des joueurs sous forme de prêts et en demande de temps de jeu, comme l'ailier Kevin Bly, le remuant centre Albert Vulivuli ou encore le pilier Hassane Kolingar.

Pour affronter les Landais, Spitzer dit disposer d'un "effectif pas trop entamé" en ayant fait beaucoup tourner son groupe, qui a réussi à remporter six rencontres de rang, série terminée lors de la dernière journée à Béziers (27-23).

"Une victoire signifie un barrage à domicile, une défaite et on sera soit 6e, soit éliminé", résume l'ouvreur allemand Christopher Hilsenbeck. Mais avec la possibilité d'un premier match de phase finale de son histoire, nul doute que le "Bro Gozh ma Zadou", le chant national breton largement inspiré de l'hymne gallois, sera entonné avec une ferveur toute particulière avant le coup d'envoi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.