DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tennis: Osaka veut surfer sur le "déclic" de Stuttgart

Taille du texte Aa Aa

Après plusieurs mois difficiles, Naomi Osaka aborde l'important tournoi sur terre battue de Madrid confiante: la N.1 mondiale a affirmé vendredi avoir senti un "déclic" la semaine précédente à Stuttgart, où elle a atteint les demi-finales avant d'abandonner à cause d'une blessure abdominale qui semble aller mieux.

"Je pense m'en être très bien tirée à Stuttgart", s'est réjouie la Japonaise, qui vient de boucler une semaine d'entraînement à l'académie Rafael Nadal de Majorque, sur terre battue, surface où cette joueuse d'une puissance redoutable n'a jamais brillé.

"J'ai joué deux matches très difficiles et je pense que j'ai eu un déclic que je n'étais pas parvenue à avoir depuis l'Open d'Australie", a-t-elle poursuivi quant à son tournoi joué en Allemagne. "Je me suis dit que je n'avais pas forcément à marquer un coup gagnant pour que ce soit un bon point, que je n'avais pas à jouer parfaitement pour gagner".

Tête de série N.1 du tournoi de Madrid, qui débute samedi et où elle affrontera au premier tour la Slovaque Dominika Cibulkova (33e), Osaka a affirmé ne plus ressentir de douleur liée à sa blessure abdominale. "Je n'ai pas servi avant aujourd'hui (...) j'ai joué en fond de court depuis trois jours et ce n'est pas douloureux, donc je pense que cela se présente bien", a assuré celle qui espère décrocher son premier titre sur la surface ocre.

Depuis sa victoire en Australie, la joueuse de 21 ans a connu plusieurs contre-performances, notamment à Dubai (élimination au deuxième tour), Indian Wells (huitième de finale) et Miami (troisième tour).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.