DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

NBA: Houston se rebelle et punit Golden State

NBA: Houston se rebelle et punit Golden State
Taille du texte Aa Aa

Le duel, décevant jusque là, entre Golden State et Houston est enfin lancé: les Rockets ont battu samedi les double champions NBA en titre (126-121 après prolongation) qui, sans Kevin Durant, auraient été humiliés.

Sa blessure à un oeil, survenue durant le match N.2 perdu 115 à 109 mardi, n'est plus qu'un mauvais souvenir: James Harden a retrouvé sa redoutable efficacité et a marqué 41 points lors du match N.3.

Il fallait que "The Beard" (littéralement la barbe) soit à son meilleur niveau pour empêcher Golden State d'aligner une troisième victoire de suite qui aurait sonné le glas des espoirs de Houston puisqu'aucune équipe menée 3-0 dans l'histoire des play-offs NBA n'est parvenue ensuite à se qualifier.

Les Rockets sont toujours menés, deux victoires à une, mais ils ont stoppé l'hémorragie et peuvent égaliser lundi en remportant le match N.4 qui aura lieu de nouveau dans leur salle.

Le MVP en titre a envoyé son équipe en prolongation avec deux lancers francs dans les dernières secondes du temps réglementaire, puis il a fait plier Golden State avec sept points durant la prolongation.

Les Texans auraient pu s'éviter un final aussi indécis: après un premier quart-temps en faveur de Golden State, Houston a pris l'ascendant et a compté jusqu'à 13 points d'avance durant le 3e quart-temps (70-83).

Mais Kevin Durant a encore réussi un match exceptionnel (46 pts) et a ramené son équipe à la hauteur de Houston avec quatre paniers consécutifs, dont deux à trois points, en début de 4e période.

Si Durant est de l'avis général le meilleur joueur de ces play-offs 2019, deux de ses coéquipiers Stephen Curry (17 pts, 7 sur 23 au tir) et surtout Klay Thompson (16 pts, 6 sur 16 au tir) affichent une méforme inquiétante.

- "Cela aurait été du vol" -

"J'ai manqué trop de shoots que je réussis normalement, il faut que j'apporte plus à mon équipe", a expliqué Curry qui n'a pas invoqué sa blessure à un doigt pour expliquer son inefficacité.

Autre motif d'inquiétude pour les doubles champions NBA en titre, la production offensive très limitée de leurs remplaçants (7 pts).

Houston a fait la différence grâce à son banc (21 pts) et surtout à Eric Gordon qui a inscrit 30 points, dont 20 avant la pause.

L'entraîneur de Golden State Steve Kerr a reconnu que la victoire de Houston était largement méritée.

"Même si on a eu des chances de s'imposer, cela aurait été du vol, car ils nous ont dominé dans tous les secteurs, aux rebonds, aux shoots", a constaté le coach des Warriors.

"On est revenu dans le match grâce à une nouvelle performance brillante de Kevin Durant, mais on a manqué d'attention dans les détails et cela m'a déplu", a-t-il regretté.

Golden State et Houston se retrouvent en play-offs pour la quatrième fois en cinq ans.

En 2018, leur duel en finale de la conférence Ouest s'était décidé en sept matches (4-3) en faveur des Californiens qui s'étaient retrouvés au bord du gouffre (3-2) avant de remporter les deux dernières manches.

"Cette victoire est importante, mais ce n'est que le début: il va falloir retrouver cette intensité dès le prochain match", a prévenu le meneur de Houston, Chris Paul.

"On le savait, c'est un très bonne équipe face à nous et cela va être une bataille acharnée à chaque match et sur chaque possession de balle", a renchéri Harden.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.