Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Madrid: après 1090 jours d'attente, Federer atterrit en 52 minutes

Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Après 1.090 jours d’attente, 52 minutes lui ont suffi : Roger Federer, qui n’avait plus posé les pieds sur terre battue depuis trois ans, a bouclé en vitesse son atterrissage au Masters 1000 de Madrid mardi.

Jusqu‘à mardi soir, son dernier match en date sur ocre remontait au 12 mai 2016, à Rome, où il s‘était incliné en huitièmes de finale, face à l’Autrichien Dominic Thiem (7-6 (7/2), 6-4).

Pour son adversaire du jour, Richard Gasquet (39e), qui faisait dans la capitale espagnole son retour à la compétition après six mois hors circuit et une opération d’une hernie inguinale en janvier, qui l’a douloureusement mis sur le flanc, on pressentait qu‘être l’invité de l’autre côté du filet de cette rencontre de prestige était un cadeau empoisonné. Ca s’est rapidement confirmé : dans la “Caja Magica”, le Français, écarté 6-2, 6-3, n’avait pas les armes pour résister au Suisse aux vingt couronnes record en Grand Chelem.

“Les premiers jeux se sont bien passés, Richard n‘était pas au meilleur de sa forme, j’ai vite senti ça, j’ai pu en profiter, ça calme les nerfs”, résume Federer, “très content d‘être de retour sur terre battue”.

- Federer-Monfils au prochain tour ? /p>

Dans ces conditions, difficile toutefois de tirer des enseignements de la reprise de contact entre Federer, dont Madrid est la seule escale annoncée avant Roland-Garros (26 mai-9 juin), et l’ocre. Son prochain tour devrait être plus instructif : pour une place en quarts de finale, l’ex-N.1 mondial aujourd’hui N.3 affrontera soit Gaël Monfils (18e), impressionnant lors de son premier tour, soit le Hongrois Marton Fucsovics (36e).

Lui-même en convient: “C’est bien, c’est positif mais je ne vais pas exagérer non plus. Je pense que le deuxième match va m’apporter beaucoup plus d’informations.”

Plus tôt dans la journée, Novak Djokovic, dont la forme récente interroge, n’a pas non plus musardé pour son entrée en lice : le N.1 mondial a dominé l’Américain Taylor Fritz (57e) 6-4, 6-2 en à peine plus d’une heure. Le Serbe, auteur d’un “premier match solide”, a mis un coup d’accélérateur dans la seconde manche. Pour une place en quarts de finale, il affrontera l’Argentin Diego Schwartzman (25e) ou Jérémy Chardy (47e).

Rassurera-t-il à Madrid, lui qui a connu une soudaine baisse de régime, battu dès le troisième tour à Indian Wells, en huitièmes de finale à Miami et en quarts de finale à Monte-Carlo, après s‘être offert fin janvier à Melbourne son troisième trophée du Grand Chelem d’affilée ?

A la veille de son premier match, Rafael Nadal n’a lui pas complètement rassuré sur son état de santé. Victime d’un virus gastrique depuis dimanche, l’Espagnol se “sent un peu mieux” mais n’a “toujours pas non plus des sensations super positives physiquement”.

Nadal “espère être prêt” –

“Quand tu sors de ça, le corps est évidemment un peu plus faible. J’espère être prêt”, a ajouté l’actuel N.2 mondial, opposé mercredi après-midi au jeune Canadien Félix Auger-Aliassime (30e), révélation du début de saison à 18 ans.

Côté français, Lucas Pouille (28e) a enfin remporté son premier match sur le circuit principal depuis sa demi-finale à l’Open d’Australie fin janvier : il a dominé le Croate Borna Coric (15e) 6-3, 7-5 au premier tour. Son choix de redescendre d’un échelon, en allant disputer – et gagner – le tournoi Challenger de Bordeaux la semaine dernière, porte ses fruits.

Si Jérémy Chardy (47e) et Adrian Mannarino (56e) ont aussi passé le cut, c’est déjà fini pour Gilles Simon (29e), qui court désespérément après la forme : bandé au genou droit, il a plié 4-6, 6-1, 7-6 (7/4) face au Bolivien Hugo Dellien, 109e joueur mondial et issu des qualifications.

Dans le tableau féminin, après Kristina Mladenovic, au tour de Caroline Garcia (22e) de se mesurer à la N.2 mondiale et tenante du trophée, Petra Kvitova. Pour rejoindre la Tchèque en huitièmes de finale, la N.1 française est venue à bout de la Roumaine Sorana Cirstea (6-4, 3-6, 6-1).

La N.1 mondiale Naomi Osaka, poussée dans ses retranchements par l’Espagnole Sara Sorribes Tormo, a elle aussi eu besoin de trois manches (7-6 (7/5), 3-6, 6-0). La Roumaine Simona Halep (N.3) a fait plus vite (7-5, 6-1) contre la Britannique Johanna Konta.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.