Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Washington et les deux Corées évitent de parler du "missile" qui fâche

Washington et les deux Corées évitent de parler du "missile" qui fâche
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La Corée du Nord vient de tirer au moins une arme qui présente de nombreuses caractéristiques d’un missile balistique à courte portée. Mais le terme brille par son absence dans les descriptions de l‘événement faites aussi bien par Washington et Séoul que Pyongyang.

D’après les analystes, le Nord a voulu signifier aux Etats-Unis son sentiment de frustration après l‘échec du sommet de Hanoï fin février. Les deux parties s‘étaient alors écharpées sur la question des sanctions infligées à Pyongyang et la portée d‘éventuelles concessions que pourrait faire le Nord en matière de dénucléarisation.

Mais la Corée du Nord ne souhaite pas mettre fin à un processus de détente initié par sa voisine du Sud et désormais dans l’impasse.

Le président américain Donald Trump présente lui l’absence d’essai nucléaire ou de tir de missile balistique intercontinental (ICBM) depuis plus d’un an comme un succès de politique étrangère majeure.

Pyongyang, Séoul et Washington ont ainsi tous trois des motifs pour ne pas bouleverser la situation.

“En matière de politique nord-coréenne, la plus grande réussite du président Trump c’est la suspension par Pyongyang de ses essais nucléaires et balistiques depuis fin 2017”, déclare à l’AFP Hong Min, chercheur à l’Institut Corée pour l’unification nationale.

“Mais si nous disons aujourd’hui que cet exercice concernait des missiles balistiques, alors ce succès autoproclamé volerait en éclats”, ajoute-t-il.

L’agence nord-coréenne KCNA a expliqué que les exercices menés samedi concernaient des “lance-roquettes multiples à longue portée” ainsi que des “armes tactiques guidées” dont la nature n’a pas été précisée.

A la différence des roquettes, les missiles ont des systèmes de guidage. Selon les analystes, les images publiées par les médias nord-coréens montrent un engin similaire au missile russe Iskander à un étage. Il ressemble à une arme présentée par la Corée du Nord lors d’un défilé militaire l’année dernière, au moment où s’amorçait la détente sur la péninsule.

L’armée sud-coréenne a mentionné initialement des tirs de “missiles de courte portée”, mais elle les a requalifié une heure après de “projectiles”.

- “Faire monter la tension” –

Ils avaient une portée de 70 à 240 kilomètres et sont tombés en mer, a-t-elle précisé.

De la même manière, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a évité de parler de missiles, décrivant des engins à “courte portée” dans des entretiens télévisés.

Ils ne “présentaient pas de menace” pour les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon, a-t-il assuré sur ABC. “Nous espérons qu’on pourra revenir à la table” des discussions.

L’an dernier, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un avait expliqué que le développement du programme atomique de son pays était achevé, annonçant la fin des tests nucléaires et des essais d’ICBM.

Un essai à courte portée ne constituerait pas une violation de cet engagement mais tout tir de missile balistique pourrait infliger “de graves dégâts” au processus de discussions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, ajoute le chercheur Hong Min.

Aux yeux des experts du site 38 North, les tirs de samedi ne traduisent pas un changement de la part de Pyongyang, ce qui “exigerait un bouleversement de ligne stratégique majeur”. “Cela pourrait se produire mais ce n’est pas vraisemblable seulement deux mois après le sommet de Hanoï”, estime le site.

Cependant, bon nombre de conservateurs sud-coréens, qui sont plus hostiles à l’endroit de la Corée du Nord que le gouvernement de centre-gauche du président Moon Jae-in, considèrent que Pyongyang a bien tiré des missiles balistiques et que la réaction de Séoul met la la sécurité nationale en danger.

“Les missiles nord-coréens représentent une menace pour la vie et la sécurité des Sud-Coréens”, accuse la députée Na Kyung-won, membre du parti de la liberté de Corée (conservateur).

“Mais notre armée et nos services de renseignement tentent de minimiser les risques”, ajoute-t-elle.

L’Iskander russe peut transporter une petite tête nucléaire, a relevé mardi le journal conservateur JoongAng Ilbo. Et une version nord-coréenne tirée de Wonsan, près de la frontière entre les deux Corées, peut mettre en danger “les deux tiers” des gens qui vivent à Séoul ou dans ses environs, selon le quotidien.

“Alors même que la Corée du Nord fait monter la tension comme elle sait si bien le faire, notre gouvernement réagit à peine”, regrette son éditorialiste.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.