DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mexique: enquête sur de possibles charniers au sein d'une prison

Mexique: enquête sur de possibles charniers au sein d'une prison
Taille du texte Aa Aa

Une enquête a été ouverte dans une prison du Mexique sur la foi d'informations faisant état de charniers contenant plus de 40 cadavres au sein même de l'établissement, ont annoncé les autorités locales.

Cette enquête vise le centre pénitentiaire de Coatzacoalcos, une grande cité portuaire et pétrochimique de l'Etat de Veracruz (sud-est).

Des agents des commissions locales des droits de l'homme et de recherche des disparus ont visité la prison pour "enquêter et procéder à des vérifications", a déclaré une responsable du gouvernement de l'Etat, Mayra Ledesma.

Une source policière a précisé à l'AFP que plusieurs secteurs du pénitencier, notamment un terrain de sport, avaient été placés sous scellés à l'aide de rubans.

Plusieurs médias locaux ont reçu ces derniers jours des lettres anonymes affirmant, plan à l'appui, que plus de quarante cadavres étaient enterrés dans des fosses communes secrètes à l'intérieur de la prison.

Il s'agirait, toujours selon la lettre, de personnes assassinées entre 2010 et 2018 par Los Zetas, un des cartels de la drogue les plus puissants du Mexique. Parmi elles se trouveraient plusieurs avocats portés disparus ainsi que des victimes de rackets ou d'enlèvements n'ayant pas versé leur rançon.

L'Etat de Veracruz est l'un des plus violents du Mexique. Les cartels de Jalisco Nouvelle génération et de Los Zetas s'y disputent le contrôle du trafic de stupéfiants.

Plus de 40.000 personnes sont portées disparues au Mexique, pour la plupart victimes de la violence liée au narcotrafic. Des charniers contenant parfois plusieurs centaines de cadavres sont régulièrement découverts à travers le pays.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.