Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Pakistan: un attentat suicide à Lahore fait au moins dix morts et 24 blessés

Pakistan: un attentat suicide à Lahore fait au moins dix morts et 24 blessés
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Un attentat suicide près d’un mausolée soufi a fait au moins dix morts et 24 blessés à Lahore (est), la deuxième ville du Pakistan, au deuxième jour du ramadan, a-t-on appris mercredi auprès des autorités.

L’attaque, revendiquée par une fraction des talibans pakistanais dans un email envoyé à l’AFP, s’est produite dans une zone fréquentée de la ville, près de l’entrée réservée aux femmes d’un mausolée soufi du XIe siècle, un des plus grands d’Asie du sud.

Le mausolée Data Darbar, où se déroulent de nombreux festivals soufis, avait déjà été en 2010 la cible d’une attaque de kamikazes qui avaient tué 40 personnes.

D’après Usman Buzdar, le chef de la province du Pendjab, dont Lahore est la capitale, trois policiers, deux agents de sécurité et cinq civils, dont un enfant, ont été tués dans l’attaque.

Muhammad Ashfaq, un cadre de la police du Pendjab, avait précédemment fait état de cinq morts et 24 blessés.

“Il s’agissait apparemment d’un attentat-suicide visant un véhicule de responsables sécuritaires”, a déclaré à l’AFP Muhammad Kashif, un cadre de la police locale.

Un autre cadre de la police, sous couvert d’anonymat, a confirmé qu’un véhicule des forces de sécurité avait été la cible de l’attaque.

Des photos et une vidéo prises par l’AFP montrent un 4X4 de la police complètement détruit, alors que des enquêteurs s’affairent autour de la carcasse de la voiture.

Les soufis, qui suivent un courant mystique de l’islam, ont souvent été la cible d’extrémistes, dont le groupe Etat islamique, au Pakistan. Ceux-ci considèrent certains rites soufis comme non islamiques.

Après l’attentat de 2010, la sécurité a été fortement renforcée autour de Data Darbar, les visiteurs devant passer plusieurs contrôles avant de pouvoir y pénétrer.

Data Darbar contient le mausolée de Syed Ali bin Osman Al-Hajvery, plus connu sous le nom de Data Ganj Bakhsh. Originaire d’Afghanistan, il était un des prédicateurs soufis les plus populaires du sous-continent.

Des dizaines de milliers de pèlerins visitent le sanctuaire chaque printemps pour marquer l’anniversaire de sa mort. De fidèles y écoutent également toutes les semaines du qawali, forme populaire de musique religieuse.

La lutte contre l’extrémisme s’est intensifiée au Pakistan après l’attaque d’une école de Peshawar (nord-ouest) en 2014 qui avait fait plus de 150 morts, pour la plupart des enfants.

Depuis lors, la sécurité s’est considérablement améliorée. Mais les groupes extrémistes conservent la capacité de mener des attaques spectaculaires.

Les grands centres urbains comme Lahore, la deuxième plus grande ville du Pakistan et la capitale provinciale de sa province la plus riche, le Pendjab, ne sont pas épargnés.

Une attaque à Lahore en mars 2018 avait fait neuf morts, tandis qu’une importante explosion visant des chrétiens célébrant Pâques dans un parc de cette ville avait tué plus de 70 personnes en 2016.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.