Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Corruption au Brésil : l'ex-président Temer se présente à la police

Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L’ancien président brésilien Michel Temer, poursuivi pour corruption, s’est présenté jeudi à la police fédérale de Sao Paulo (sud-est), au lendemain d’une décision de justice ordonnant son retour en prison.

L’ex-chef d’Etat est arrivé dans un convoi de voitures aux vitres teintées au siège de la police fédérale en milieu d’après-midi, deux heures avant l’expiration du délai imparti, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Une cour d’appel de Rio de Janeiro avait ordonné mercredi la réincarcération de Michel Temer, 78 ans, infirmant une décision de remise en liberté de l’ex-président rendue le 25 mars par un juge de première instance. Ses avocats ont présenté une demande d’habeas corpus qui permettrait sa libération de nouveau.

Le président de centre droit, qui a quitté le pouvoir le 31 décembre 2018 après un mandat de deux ans et demi entaché par les scandales de corruption, avait déjà passé quatre jours en détention après son arrestation.

Il est soupçonné par la justice d‘être à la tête d’une “organisation criminelle” ayant détourné jusqu‘à 1,8 milliard de réais (417 millions d’euros).

“C’est une surprise désagréable pour moi, mais je me livrerai volontairement demain”, a déclaré l’ex-chef de l’Etat mercredi soir devant sa résidence à Sao Paulo. Il a toutefois estimé que la décision de l’emprisonner de nouveau était “complètement erronée sur le plan juridique”.

“Il n’y a aucun fondement à cette incarcération. Les juges disent eux-mêmes qu’il n’y a pas de risque” de fuite ou de destruction de preuves, a affirmé pour sa part l’avocat de M. Temer, Eduardo Carnelos. “L’argument, c’est qu’il faut faire un exemple pour la société. Cette décision est une page triste de plus dans l’histoire récente de la justice brésilienne”.

Prédécesseur du président Jair Bolsonaro, Michel Temer avait été arrêté à Sao Paulo dans le cadre de l’opération “Lavage express”.

Cette enquête tentaculaire, lancée il y a cinq ans, a mis au jour le plus grand scandale de corruption de l’Histoire du Brésil, autour de contrats de la compagnie pétrolière publique Petrobras, avec des grands groupes du BTP.

Le parquet a notamment évoqué un “système criminel sophistiqué” sur des projets de génie électro-mécanique dans la centrale nucléaire d’Angra, qui n’est toujours pas achevée.

M. Temer était arrivé au pouvoir en août 2016, après la destitution brutale de la présidente de gauche Dilma Rousseff – pour maquillage des comptes publics -, dont il était le vice-président.

Il est le deuxième président brésilien incarcéré dans le cadre de l’opération “Lavage express”, après Luiz Inacio Lula da Silva (Lula), en prison depuis avril 2018 pour corruption et blanchiment d’argent.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.