DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'élu Nadler contre le milliardaire Trump, un conflit vieux de 40 ans

L'élu Nadler contre le milliardaire Trump, un conflit vieux de 40 ans
Taille du texte Aa Aa

Il mène l'offensive contre le ministre américain de la Justice, accusé de couvrir Donald Trump en refusant de publier intégralement le rapport Mueller: la vieille hostilité de l'élu démocrate new-yorkais Jerry Nadler envers l'ex-magnat de l'immobilier a viré au combat national, augurant d'une longue bataille.

C'est Jerry Nadler qui a fait adopter mercredi par la puissante commission judiciaire de la Chambre des représentants, qu'il préside depuis janvier, une motion rarissime de défiance à l'égard du ministre de la Justice Bill Barr. Elle doit être soumise à un vote en séance plénière, dont la date n'a pas été fixée.

Le refus de M. Barr de se plier aux demandes de la chambre basse du Congrès est "une attaque contre l'essence même de notre démocratie", a affirmé M. Nadler, dont le premier mandat remonte à 1976. "Nous sommes désormais en pleine crise constitutionnelle".

A 71 ans, ce vétéran de la politique --qui estimait en 2017 le président américain "légalement élu, mais non légitime"-- est sans doute l'un des élus connaissant le mieux le milliardaire républicain.

- Plus de 40 ans de rivalité -

La première bataille entre les deux hommes date du milieu des années 1980. Donald Trump multipliait les projets immobiliers à Manhattan et Jerry Nadler représentait le quartier de l'Upper West Side, situé dans l'ouest de cette île, au parlement de l'Etat de New York.

M. Nadler s'était alors opposé à un vaste projet incluant initialement une tour de 150 étages, qui aurait transformé ce quartier historique.

Donald Trump a du rabaisser ses ambitions. Mais, une fois élu au Congrès des Etats-Unis en 1992, M. Nadler a fait supprimer des fonds fédéraux promis au promoteur immobilier pour ce projet.

Ce dernier se souvient bien de cette bataille, qu'il assure avoir gagnée.

"Jerry Nadler s'est battu contre moi pendant des années sur un grand ensemble immobilier que j'ai construit à l'ouest de Manhattan. Il voulait que soit construit un dépôt ferroviaire sous l'ensemble ou, mieux encore, tout bloquer. Mais il n'a obtenu aucun des deux, et le projet a été un grand succès", a tweeté le président en avril, affirmations qu'il a encore répétées jeudi.

"Maintenant j'ai de nouveau affaire à l'élu au Congrès Nadler", avait-il ajouté, alors que le parlementaire lançait une vaste enquête visant le président pour des soupçons d'entrave à la justice et de corruption.

"Certaines choses ne s'arrêtent jamais mais on peut espérer que tout ira bien pour tout le monde. Seul l'avenir le dira", avait poursuivi le président.

- "Jerry le Gros" -

Malgré cette déclaration magnanime, le président n'hésite pas à qualifier en privé M. Nadler de "Jerry le Gros", allusion à l'obésité dont a souffert longtemps cet élu démocrate respecté, affirmait récemment le Washington Post.

M. Trump a aussi retweeté un montage vidéo posté récemment par le chef des réseaux sociaux de la Maison Blanche Dan Scavino sur son propre compte, superposant des images de Jerry Nadler à vingt ans d'intervalle et illustrant sa métamorphose physique.

M. Nadler a en effet subi une opération pour réduire la taille de son estomac dans les années 2000 et a également changé radicalement son alimentation et son mode de vie.

Maintenant que les démocrates ont repris la majorité à la Chambre des représentants, celui qui a été réélu en novembre avec 82% des voix est en pole position pour mener l'offensive contre le président américain.

Outre celle lancée contre William Barr, la commission judiciaire de la Chambre des représentants pourrait aussi servir de tremplin pour une éventuelle procédure de destitution contre le président. Même si Jerry Nadler fait partie des parlementaires démocrates restés prudents jusqu'ici sur l'opportunité d'une telle procédure, vouée à l'échec au Sénat dominé par les républicains.

Ces derniers voient dans la charge de M. Nadler contre M. Barr l'expression du dépit démocrate face à l'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur une éventuelle collusion avec la Russie pendant la campagne de 2016, qui n'a pas conclu à un comportement illégal de M. Trump.

"Tel un shérif véreux dans un western à petit budget, M. Nadler veut absolument faire pendre quelqu'un, même si ce n'est pas la personne qu'il espérait", affirmait lundi l'éditorialiste William McGurn dans le Wall Street Journal. "Il ne cherche qu'une chose: le spectacle".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.