Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Ligue des champions: le CSA estime que BFMTV ne devrait pas diffuser la finale

Ligue des champions: le CSA estime que BFMTV ne devrait pas diffuser la finale
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le CSA a écrit en avril à BFMTV pour la prévenir que diffuser la finale de la Ligue des champions serait contraire à ses obligations, mais la chaîne pourrait passer outre à cet avertissement et la retransmettre tout de même, a-t-on appris jeudi.

Début mars, la chaîne d’info avait annoncé qu’elle diffuserait en clair la finale, qui se déroulera samedi 1er juin à Madrid, grâce à un accord avec RMC Sport (autre média du groupe Altice), qui diffusera parallèlement la rencontre à ses abonnés. Une diffusion qui constituerait une grande première pour BFMTV, avec une affiche alléchante.

Cette finale opposera les équipes anglaises de Tottenham et Liverpool. Elle fait partie des événements sportifs dits majeurs, qui doivent être obligatoirement diffusés sur une chaîne en clair.

Mais le CSA, qui avait été saisi par les groupes France Télévisions, TF1, M6 et Canal+, a prévenu dans un courrier adressé début avril à BFMTV qu’une diffusion du match serait contraire à la convention signée par la chaîne d’info.

Cette convention limite en effet les programmes qu’elle est en droit de diffuser à l’information et à la rediffusion durant les weekends d’“événements d’anthologie du sport”, ce qui exclut en principe les rencontres en direct.

Interrogés par l’AFP, RMC Sport et BFMTV n’ont fait aucun commentaire.

Cependant, selon des sources proches du dossier, la direction de BFMTV a contesté cette analyse du CSA.

Dans sa réponse au gendarme de l’audiovisuel, émise fin avril et dont l’AFP s’est procuré une copie, BFMTV estime que la finale de la Ligue des champions constituera un “événement majeur de l’actualité sportive” et qu‘à ce titre la diffuser répondra à la “nécessité d’information du grand public”, conformément à ses obligations.

Et ce, au même titre que d’autres grands “événements populaires” comme les obsèques de Johnny Hallyday fin 2017, le Grand prix d’Amérique qu’elle avait diffusé en 2016, ou le mariage du prince Harry et de Meghan Markle il y a un an.

La chaîne fait donc valoir que proposer la rencontre “ne conduira pas BFMTV à méconnaître ses obligations conventionnelles, mais bien au contraire à les satisfaire”. Et relève que sa concurrente LCI (filiale de TF1) a bien retransmis des matchs de foot en intégralité, sans soulever d’objections.

BFMTV pourrait donc passer outre à l’avertissement du CSA, qui n’a pas de valeur contraignante à ce stade, le gendarme de l’audiovisuel ne pouvant sanctionner un programme qu’après sa diffusion.

Diffuser la rencontre l’exposerait toutefois à une sanction de la part du CSA. A moins que le groupe Altice, pour éviter un bras de fer juridique, ne préfère in fine proposer la rencontre sur une autre de ses chaînes en clair, comme RMC Story (qui diffuse déjà du foot), voire la céder à une chaîne concurrente.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.