DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Depuis la Floride, Trump rêve de victoire en 2020

Donald Trump à Panama City Beach en Floride le 8 mai 2019
Donald Trump à Panama City Beach en Floride le 8 mai 2019 -
Tous droits réservés
Brendan Smialowski
Taille du texte Aa Aa

"Vous vous souvenez, cette fantastique élection? 2016... Et maintenant nous avons 2020!".

Depuis Panama City Beach, dans cette partie de la Floride où il a enregistré des scores spectaculaires, Donald Trump a retrouvé mercredi soir les estrades de campagne. Avec un plaisir évident, loin des âpres luttes avec les démocrates du Congrès sur l'enquête du procureur spécial Robert Mueller.

En plein air, au soleil couchant, face à une foule de casquettes rouges et sous un immense panneau "Make America Great Again", il s'amuse, moque ses adversaires, vante son bilan et la bonne santé de l'économie.

La foule scande "Quatre ans de plus!".

Il dit son envie d'en découdre: "Je veux que cette campagne électorale commence immédiatement!".

Depuis le "Sunshine State", à quelque 1.200 kilomètres de Washington, il passe rapidement en revue les noms de ses adversaires démocrates potentiels.

"Il y a le choix entre Joe l'Endormi et Bernie le Dingue", ironise-t-il, utilisant les surnoms dont il a affublé l'ancien vice-président Joe Biden et le sénateur du Vermont Bernie Sanders, tous deux candidats à la primaire démocrate.

"Choisissez quelqu'un et allons-y, que ça commence!", ajoute-t-il, faisant mine d'être indifférent au choix de ses adversaires politiques.

"Il y a aussi le jeune (Pete) Buttigieg", ajoute-t-il, évoquant cette star montante des démocrates, maire de 37 ans ouvertement gay de South Bend (Indiana), ville moyenne des bassins industriels américains.

"Il va nous représenter devant le président chinois Xi Jinping", ironise le milliardaire républicain. "Je veux être dans la pièce pour voir ça..."

"Et Beto, qu'est-il arrivé à Beto?", lance-t-il, moqueur, évoquant le Texan Beto O'Rourke, lui aussi en lice dans le camp démocrate.

- "Vous voyez, c'est un despote" -

Autre cible de choix? Les médias "Fake News".

"Dans six ans, ils n'auront plus de boulot", lance-t-il, évoquant l'échéance à laquelle il quittera la Maison Blanche s'il est élu pour un deuxième mandat.

"Si je veux les rendre fous, je vais dire 10 ans...", ajoute-t-il, s'amusant du fait que les journalistes vont immédiatement dire "Vous voyez, c'est un despote".

"10, 14, comme vous voulez", dit-il encore au milieu de rires, dans cette région où il l'a emporté haut la main lors de la présidentielle de 2016 (plus de 70% des voix dans le Bay County où se trouve Panama City Beach).

Il évoque aussi, une nouvelle fois, la "chasse aux sorcières" dont il estime avoir été victime, menée selon lui par une bande de "démocrates en colère".

Le milliardaire républicain espère refermer une fois pour toutes le chapitre de l'enquête russe du procureur spécial Robert Mueller.

Mais les démocrates ne l'entendent pas de cette oreille et sont déterminés à ne pas se faire imposer une lecture du rapport par le ministre de la Justice Bill Barr, qui s'est transformé à leurs yeux en véritable avocat du président.

"Pas de collusion, pas d'obstruction, rien (...). Après deux ans (d'enquête), rien", martèle Donald Trump. "Et maintenant les démocrates disent: nous voulons tous recommencer. C'est une honte!".

"Ils veulent faire des investigations plutôt que des investissements. Je crois que cela nous conduira tout droit à la victoire en 2020!", ajoute-t-il.

Auparavant, il s'était rendu sur la base aérienne de Tyndall, située entre Panama City et Mexico Beach. Cette zone de Floride avait été dévastée il y a sept mois par le puissant ouragan Michael (catégorie 5) qui a touché terre avec des vents de plus de 250 km/h, laissant dans son sillage des scènes de désolation.

Ses habitants attendent toujours l'aide de la capitale fédérale pour la reconstruction. Mais les débats s'enlisent au Congrès sur fond de désaccords entre républicains et démocrates, ces derniers réclamant que des fonds conséquents soient aussi débloqués pour Porto Rico, frappé en 2017 par les ouragans Irma et Maria.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.