DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Attaque d'un hôtel du port de Gwadar au Pakistan, au moins un mort

Attaque d'un hôtel du port de Gwadar au Pakistan, au moins un mort
Taille du texte Aa Aa

Au moins un homme est mort samedi dans l'attaque par des hommes armés d'un hôtel de luxe à Gwadar, ville du sud-ouest du Pakistan où la Chine a construit un port en eaux profondes dans le cadre d'un vaste projet commercial, a annoncé l'armée pakistanaise.

"Trois terroristes ont tenté de forcer l'entrée du PC (Pearl continental, NDLR) de Gwadar. Un garde a résisté. Les terroristes ont ouvert le feu sur ce garde, qui est mort", a indiqué la cellule communication de l'armée dans un communiqué.

"Les forces de sécurité ont bouclé la zone. Les clients ont été évacués en toute sécurité. Les terroristes sont encerclés par les forces de sécurité dans l'escalier menant au dernier étage", a déclaré un porte-parole de l'armée à l'AFP.

Plus tôt, le ministre de l'Intérieur de la province du Baloutchistan, où se trouve Gwadar, Ziaullah Langu, avait dit à l'AFP que "jusqu'à quatre hommes armés (étaient) entrés dans l'hôtel Pearl continental et (avaient) ouvert le feu".

"On nous a signalé que quelques personnes avaient été légèrement blessées", avait-il précisé au téléphone.

Des ambulances et du personnel de secours attendaient sur une route menant à l'hôtel, a raconté Mohammad Aslam, un policier de Gwadar, qui a dit entendre des coups de feu de son bureau, tandis que l'opération des forces de l'ordre touchait selon lui à sa fin.

"Il n'y avait pas de clients chinois ou pakistanais dans l'hôtel" mais seulement du personnel, a-t-il souligné.

- Symbole -

Aucun groupe n'a pour le moment revendiqué cette attaque contre un lieu très symbolique, le Pearl continental étant l'unique hôtel de luxe de Gwadar. Situé sur une corniche, il surplombe en outre le port en eaux profondes creusé par la Chine, vaisseau amiral du Corridor économique Chine-Pakistan (CPEC), dans lequel la Chine a investi des dizaines de milliards d'euros.

Ce projet vise à relier la province occidentale chinoise du Xinjiang au port de Gwadar. De nombreuses infrastructures - autoroutes, centrales électriques, hôpitaux, etc. - doivent être construites dans ce cadre. Le CPEC donnera aux produits chinois un accès direct à la mer d'Arabie.

Pour le Pakistan, ce projet représente un défi énorme, notamment sécuritaire, des groupes armés sévissant dans plusieurs provinces qu'il traverse, tout particulièrement le Baloutchistan.

Frontalier de l'Afghanistan et l'Iran, le Baloutchistan est la plus pauvre des quatre provinces du Pakistan, malgré des gisements d'hydrocarbures et de minéraux.

C'est aussi la plus instable : une insurrection séparatiste et des violences islamistes y ont fait des centaines de morts ces dernières années.

Il y a trois semaines, un groupe de séparatistes baloutches avait abattu 14 passagers de différents autocars au Baloutchistan. Fin novembre, quatre personnes avaient été tuées dans l'attaque du consulat de Chine à Karachi par des hommes armés. L'assaut avait également été revendiqué par des séparatistes baloutches.

En dépit de ces attaques, la sécurité s'est très nettement améliorée au Pakistan, où les attentats constituaient la routine entre 2001 et 2015.

D'après le CRSS, un think-tank pakistanais, 1.131 personnes ont été tuées dans des violences extrémistes, politiques ou criminelles en 2018, soit une chute de plus de 80% par rapport à 2015.

Mercredi, un attentat-suicide revendiqué par les talibans pakistanais a tué au moins 12 personnes à Lahores (Est). L'attaque était survenue dans une zone fréquentée de la deuxième ville du pays, près de l'entrée réservée aux femmes d'un mausolée soufi du XIe siècle, un des plus grands d'Asie du sud.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.