Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La sprinteuse indienne hyperandrogène Dutee Chand rend publique son homosexualité

La sprinteuse indienne hyperandrogène Dutee Chand rend publique son homosexualité
Taille du texte Aa Aa

La sprinteuse indienne Dutee Chand, suspendue en 2014 en raison de son hyperandrogénie, a rendu publique dimanche son homosexualité, devenant ainsi la première athlète de ce pays conservateur à faire son coming out.

"Je suis dans une relation homosexuelle et je ne pense pas qu'il y ait quoi que ce soit de mal à cela ", a confié cette femme de 23 ans à l'AFP.

"Pour le moment, je me concentre sur ma carrière avec les championnats du monde et les Jeux olympiques à venir. À l'avenir, après la fin de ma carrière sportive, si mon cœur me dit de rester avec elle, je le ferai", a-t-elle ajouté.

En septembre, la Cour suprême indienne a dépénalisé l'homosexualité: les juges de la Cour suprême de Delhi ont ainsi jugé illégal l'article 377 du code pénal, datant de l'ère coloniale britannique, condamnant les relations sexuelles entre personnes de même sexe, qualifiées de "sexe contre nature".

Une décision historique pour la deuxième nation la plus peuplée de la planète qui, de son propre aveu, a donné du courage à Dutee Chand, née dans un village pauvre de l'Etat d'Odisha, dans l'Est de l'Inde.

"Récemment, ma sœur a dit quelque chose à ma mère qui l'a amenée à s'opposer à cette relation et elle m'a grondée et menacée de me calomnier en public", a-t-elle raconté.

Chand, médaillée d'argent sur 100 et 200 m aux Jeux asiatiques en Indonésie l'année dernière, a livré une longue bataille juridique après sa suspension en 2014 pour hyperandrogénie, avant de saisir le Tribunal arbitral du sport en 2015 et de gagner le droit de concourir à nouveau.

Elle a récemment apporté son soutien à la Sud-Africaine Caster Semenya, déboutée début mai par le Tribunal arbitral du sport (TAS) de son action contre les règles de la Fédération internationale d'athlétisme obligeant les athlètes hyperandrogènes à faire baisser leur taux de testostérone.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.