Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Depuis 1979, quelques eurodéputés au parcours singulier

Depuis 1979, quelques eurodéputés au parcours singulier
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Célébrités, nonagénaires, descendants de personnages historiques… Depuis 1979, le Parlement européen a vu passer dans ses hémicycles des eurodéputés au parcours singulier.

- De 21 à 92 ans /p>

Manolis Glezos, icône de la résistance grecque pour avoir décroché en 1941 le drapeau nazi qui flottait sur l’Acropole à Athènes, est le plus vieux eurodéputé à avoir siégé au Parlement européen. Il avait 92 ans lorsqu’il a démissionné en 2015. Suit l’ancien leader de l’extrême droite française Jean-Marie Le Pen, 90 ans, qui fait ses adieux cette année.

A l’inverse, l’Allemande Ilka Schröder, ex-eurodéputée écologiste, a été, à 21 ans, la plus jeune à siéger au Parlement européen en 1999.

L’Allemand Elmar Brok (CDU, droite) est, quant à lui, le seul eurodéputé à avoir siégé lors des huit législatures.

Non élu lors des premières élections européennes au suffrage universel direct en 1979, il entre au Parlement européen l’année suivante pour remplacer un eurodéputé décédé. Il sera réélu tous les cinq ans. Après 39 ans de mandat, Elmar Brok, 73 ans, n’est pas candidat cette année.

Eurodéputés sans frontières /p>

Ancien leader étudiant en mai 1968 et figure politique en France et en Allemagne, l‘écologiste Daniel Cohn-Bendit n’a jamais choisi entre ses deux pays. Elu pour la première fois en 1994 sur une liste allemande, il a ensuite représenté la France en 1999, de nouveau l’Allemagne en 2004, et une dernière fois la France en 2009.

Sur les 3.676 eurodéputés ayant siégé depuis 1979, seulement trois ont été élus dans deux pays: outre M. Cohn-Bendit, Ari Vatanen, ancien pilote de rallye, a représenté la Finlande en 1999 et la France en 2004, tandis que le pasteur Laszlo Tokes, figure de la révolution roumaine, a été élu pour la Roumanie en 2007 et 2009, puis pour la Hongrie en 2014.

Célébrités /p>

La chanteuse Nana Mouskouri, qui a vendu plus de 350 millions d’albums dans le monde, a représenté la Grèce de 1994 à 1999. Le cinéaste français Claude Autant-Lara, auteur de “La Traversée de Paris”, a été élu en 1989 sous l‘étiquette Front national (extrême droite), mais n’a siégé que deux mois avant de démissionner.

Dans le monde du sport, le navigateur français Gérard d’Aboville, qui a traversé le Pacifique à la rame, a été élu pour le RPR (droite) en 1994.

Depuis 15 ans, l’Italie a pris l’habitude d‘élire des personnalités du petit écran. Lilli Gruber, ancienne présentatrice vedette du journal de la première chaîne de la RAI, a siégé au sein du groupe socialiste de 2004 à 2008.

Barbara Matera, ex-finaliste de Miss Italie et ex-animatrice TV, et David Sassoli, ex-présentateur TV, siègent, quant à eux, depuis 2009, élus respectivement sur les listes du parti Forza Italia (droite) de Silvio Berlusconi et du Parti démocrate.

Jean-Marie Cavada (France), Frédérique Ries (Belgique) et Nikolay Barekov (Bulgarie), eux aussi ex-présentateurs TV, siègent également au sein du parlement sortant.

Héritiers –

Charles de Gaulle, petit-fils et homonyme du chef de la France libre, a siégé au Parlement européen de 1993 à 2004, d’abord comme centriste avant de glisser progressivement vers le Front national.

Alessandra Mussolini, petite-fille de Benito Mussolini, siège dans le Parlement sortant, élue sur une liste de Forza Italia. Elle se représentera en mai et pourrait côtoyer lors de la prochaine législature son cousin issu de germain Caio Giulio Cesare Mussolini, arrière-petit-fils du Duce et candidat pour Fratelli d’Italia (extrême droite).

Otto Habsbourg-Lorraine, fils aîné du dernier empereur d’Autriche-Hongrie Charles Ier, a été député européen de 1979 à 1999. Ce fervent militant de l’intégration européenne a représenté l’Allemagne, élu sur les listes de la CSU en Bavière (droite).

Il a renoncé en 2007 à son rôle de prétendant au trône austro-hongrois, au profit de son fils Karl, qui avait également siégé au Parlement européen de 1996 à 1999, pour l’Autriche.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.