Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Mondiaux d'athlétisme au Qatar: le patron du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, mis en examen à son tour

Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les ennuis s’accumulent pour le patron du Paris-SG déjà confronté à une année noire pour son club: Nasser Al-Khelaïfi, également dirigeant de la chaîne beIN Sports, a été mis en examen pour “corruption active”, dans l’enquête sur des soupçons de corruption en marge des candidatures de Doha aux Mondiaux d’athlétisme de 2017 et 2019.

Cette information judiciaire ouverte à Paris, qui vise également les conditions d’attribution des JO de Tokyo-2020 et de Rio-2016, a connu un coup d’accélérateur ces dernières semaines, avec les mises en examen de plusieurs figures du monde sportif et médiatique.

Entendu en mars par le juge Renaud van Ruymbeke, Nasser Al-Khelaïfi était de nouveau convoqué le 16 mai mais il ne s‘était pas présenté, invoquant sa présence à la finale de la Coupe de l‘émir du Qatar de football, et a été mis en examen par courrier, selon des sources concordantes.

Les magistrats financiers s’interrogent sur deux versements d’un total de 3,5 millions de dollars, réalisés à l’automne 2011 par la société Oryx Qatar Sports Investment, détenue à égalité par Nasser Al-Khelaïfi et son frère Khalid, au profit d’une société de marketing sportif dirigée par Papa Massata Diack, le fils de l’ancien président de la Fédération international d’athlétisme, Lamine Diack. Celui qui est surnommé “PMD” dans les médias a longtemps géré le dossier des droits marketing de l’IAAF.

A cette époque, Doha ambitionnait d’accueillir les Mondiaux d’athlétisme de 2017, organisés par l’IAAF, et les JO de 2020.

Les juges d’instruction financiers cherchent à déterminer si en contrepartie de ces versements, Lamine Diack, patron de l’athlétisme mondial de 1999 à 2015, a œuvré d’une part au report des dates d’organisation de ces deux compétitions, en raison des conditions météo du pays. Et d’autre part, à l’obtention de votes de membres de l’IAAF en faveur du Qatar pour les Mondiaux.

Dans une réaction transmise à l’AFP, l’avocat de Nasser Al-Khelaïfi, Me Francis Szpiner, a contesté toute malversation de son client. Il y assure que les fonds versés par Oryx étaient “parfaitement tracés” et que le patron de beIN Sports “n’a validé aucun paiement de quelque nature que ce soit en lien avec les faits allégués”.

- Compétence –

“Nasser Al-Khelaïfi n’est ni un actionnaire, ni un dirigeant, de la société Oryx en 2011. Il n’intervient ni directement, ni indirectement, dans la candidature de la ville de Doha. (…) Ces faits ne le concernent pas”, a-t-il insisté.

L’avocat entend par ailleurs faire reconnaître que les juges français ne sont pas compétents pour enquêter sur ces faits et que la prescription est établie.

Dans ce dossier, un proche du dirigeant du Paris SG, Yousef Al-Obaidly, patron du groupe de médias beIN, a été mis en examen le 28 mars, également pour “corruption active”.

Lamine Diack l’a, pour sa part, été pour “corruption passive”. Son fils est par ailleurs visé depuis le 18 avril par un mandat d’arrêt pour des soupçons de “corruption passive” et de “blanchiment aggravé”.

Le premier virement a été réalisé le 13 octobre 2011 et le second le 7 novembre 2011, soit quatre jours avant le vote de l’IAAF. C’est finalement Londres, entré dans la course après la capitale qatarie, qui l’a emporté.

Mais trois ans plus tard, Doha obtenait toutefois l’organisation des Mondiaux d’athlétisme qui se tiendront du 27 septembre au 6 octobre.

Ces versements étaient prévus dans un protocole d’accord passé avec la société de “PMD”, Pamodzi, dans lequel Oryx Qatar Sports Investment s’engageait à acheter des droits TV et de sponsoring pour 32,6 millions de dollars mais à condition que Doha obtienne les Mondiaux 2017, selon une source proche du dossier.

Ce contrat stipulait que les paiements effectués avant la décision de l’IAAF du 11 novembre 2011 étaient “non remboursables”, ce qui a intrigué la justice française.

Oryx Qatar Sports Investment est distinct du fonds souverain qatari Qatar Sports Investment, propriétaire du PSG.

Chargés d’enquêter sur un pacte de corruption entre le sommet de l’IAAF et la Russie pour étouffer des cas de dopage, les juges français ont démêlé l‘écheveau de virements suspects qui les ont menés à “PMD”. Dans ce dossier, le parquet financier vient de demander un procès en France pour Lamine Diack et son fils.

Réfugié au Sénégal, ce dernier a toujours réfuté les accusations de corruption mais la justice française n’a jamais pu l’entendre.

Au total, si le juge d’instruction Renaud van Ruymbeke suit ces réquisitions, ils seront six protagonistes sur le banc des prévenus.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.