Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Inde: après son triomphe, Modi prépare son deuxième mandat

Inde: après son triomphe, Modi prépare son deuxième mandat
Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre indien Narendra Modi, qui a remporté haut la main les élections législatives de la démocratie la plus peuplée du monde, tenait vendredi des consultations pour préparer son deuxième mandat.

Le Bharatiya Janata Party (BJP) du dirigeant nationaliste hindou était crédité de 303 sièges à la chambre basse du Parlement, sur 542 en jeu lors d'un gigantesque vote étalé sur six semaines, selon les résultats quasi-définitifs du dépouillement.

Avec ce tour de force le BJP détient à nouveau la majorité absolue à lui seul, et pulvérise une nouvelle fois l'historique parti du Congrès, qui n'a remporté que 52 circonscriptions.

Le chef de gouvernement de 68 ans s'est entretenu vendredi matin avec les responsables de son parti. Il devrait tenir un conseil des ministres plus tard dans la journée puis remettre sa démission au Parlement, qui dissoudra formellement le Parlement sortant.

Jeudi soir, l'homme fort de l'Inde a été triomphalement accueilli par une pluie de pétales de roses et les vivats de ses partisans au siège du BJP à New Delhi.

Ces élections législatives "reflètent l'attachement du peuple à la démocratie. Le monde entier devra en prendre acte et reconnaître la force démocratique de l'Inde", a lancé ce fils d'un simple vendeur de thé du Gujarat (ouest de l'Inde) à ses supporters.

"Chaque moment de mon temps, chaque partie de mon corps, seront uniquement consacrés au peuple de ce pays", a déclaré Narendra Modi, dont le premier mandat à la tête de cette nation de 1,3 milliard d'habitants a été marqué par une crispation politico-religieuse et une polarisation de sa société.

Le Premier ministre a fait campagne sur un discours sécuritaire anxiogène et nationaliste, s'érigeant en protecteur du pays, lui permettant de passer sous silence son bilan économique mitigé.

La liste des défis qui l'attendent pour les cinq prochaines années est considérable. Il devra notamment s'attaquer à la faiblesse des créations d'emplois et accélérer le rythme de la croissance, situé en-dessous du potentiel et des besoins du géant d'Asie du Sud.

"La vraie question est est-ce que Modi pourra réaliser ses promesses économiques, par exemple en créant le grand nombre d'emplois requis ?", a déclaré Champa Patel, analyste du groupe de réflexion Chatham House.

Le parti du Congrès emmené par Rahul Gandhi, qui a longtemps dominé la politique indienne après l'indépendance en 1947, pansait lui ses plaies. Humiliation ultime: l'héritier Rahul Gandhi a perdu la circonscription familiale d'Amethi (Uttar Pradesh, nord), un bastion traditionnel des Nehru-Gandhi.

"La direction du Congrès a clairement échoué. Ils sont discrédités et en faillite", a déclaré à l'AFP Kanchan Gupta de l'Observer Research Foundation.

"Il est hallucinant que Rahul Gandhi n'ait pas encore démissionné", a estimé sur Twitter Ramachandra Guha, un historien de renom. "Le Congrès devrait se débarrasser de la Dynastie (Nehru-Gandhi)".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.