Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Bayern gagne la Coupe d'Allemagne avec deux buts de Lewandowski et réussit le doublé

Taille du texte Aa Aa

En remportant samedi à Berlin la Coupe d'Allemagne contre Leipzig (3-0) avec un doublé de Lewandowski, le Bayern Munich s'est offert un doublé national qui illumine une saison difficile, tant sur le plan sportif que sur celui de l'ambiance en interne.

Robert Lewandowski a marqué deux fois (29e et 85e), pour devenir le seul recordman du nombre de buts en finale de Coupe d'Allemagne, avec six réalisations, devant les légendaires Gerd Müller et Uwe Seeler (4). Kingsley Coman a inscrit le deuxième but (78e).

Qu'il fait du bien ce deuxième trophée, une semaine après le "Schale" du championnat! Du bien au club, qui a vu sa suprématie bousculée cette saison. Du bien à l'équipe, vivement critiquée cet hiver. Et du bien à Niko Kovac, qui a senti son siège d'entraîneur vaciller sous lui pendant des mois, et jusqu'à ces derniers jours.

Car le Croate, depuis son arrivée l'été dernier en provenance de Francfort, n'a pas marché sur un tapis de roses.

Après un bon début de saison, l'équipe a soudain connu un trou d'air à l'automne, et s'est retrouvée... à 9 points du Borussia Dortmund en championnat, avant même la fin des matches allers.

C'est l'époque où les experts ont commencé à chercher le nom du successeur de Kovac, dont la place ne tenait plus qu'à un fil.

- La dernière de "Robbéry" -

Mais ce battant a remis le navire dans le sens du vent, et l'on a cru qu'il avait sauvé sa tête. Jusqu'à l'élimination par Liverpool en 8e de finale de Ligue des champions, avec un humiliant 3-1 à domicile!

Les spéculations sont reparties de plus belle, et n'ont plus jamais cessé, d'autant que Munich a attendu la dernière journée pour s'assurer son titre de champion, ce qui n'était jamais arrivé lors de ses six titres consécutifs précédents.

Pour cette finale, Kovac avait récupéré son gardien Manuel Neuer, blessé depuis mi-avril. Et comme prévu, le duo Robben-Ribéry était sur le banc, piaffant de jouer une dernière fois avant de quitter le club bardés de trophées, après respectivement 10 et 12 saisons en Bavière.

Robben est entré à la 73e minute et Ribéry à la 87e, les fans l'ayant réclamé à grands cris pendant plusieurs minutes.

Contrairement à ce qu'indique le score, le match a été serré. "Nous nous attendions à ce que ce soit dur, on l'a vu dans les premières trente minutes. Ils nous ont pressé, mis sous pression", a reconnu Kovac.

"Nous n'aurions pas dû perdre ce match, et surtout pas 3-0", a renchérit son homologue Leipzig Ralf Rangnick, "c'est étrange, malgré ce score, nous avons fait jeu égal avec le Bayern. Pendant les 30 premières minutes nous avons clairement été l'équipe dominante. Et encore 20 minutes en deuxième période (...) Mais il y avait mieux à faire dans ces phases, quand on se créé de telles occasions contre le Bayern et qu'on ne marque pas, ce n'est pas possible.

Avec un pressing très haut, Leipzig a d'entrée tenté d'empêcher Munich de jouer. Et les Saxons se sont procurés la première occasion, une tête de Poulsen détournée sur la barre par Neuer, dans un réflexe de grande classe.

- Leipzig aux dents longues -

Le gardien international a sauvé son équipe une deuxième fois après la pause en gagnant un duel face à Emil Forsberg.

Mais on sait en Allemagne qu'il ne faut jamais laisser le moindre espace au Bayern. A la 29e, Kingsley Coman a lancé David Alaba en profondeur sur la gauche, l'Autrichien a centré pour Lewandowski, qui a trompé Gulacsi d'une tête plongeante dans l'angle. 1-0.

En seconde période, Leipzig a pris des risques et la partie s'est débridée. Le match a alors tourné à l'avantage du Bayern.

Pour Leipzig, ce n'est que partie remise. Les Saxons savaient que, sur le papier, ils étaient la moins bonne équipe, mais leurs ambitions vont bien au-delà d'une finale de coupe. Le projet du club est de devenir à terme le rival numéro un du Bayern en Allemagne.

"Le Bayern va rester le mètre-étalon en Allemagne, mais nous allons essayer de réduire l'écart avec eux et avec Dortmund dans les prochaines années", a promis l'entraîneur et directeur sportif du RB, Ralf Rangnick.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.