Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Européennes: large victoire du parti du hongrois Viktor Orban

Viktor Orban vote à Budapest, le 26 mai 2019
Viktor Orban vote à Budapest, le 26 mai 2019 -
Tous droits réservés
FERENC ISZA
Taille du texte Aa Aa

Le parti souverainiste du Premier ministre hongrois Viktor Orban est crédité d'une écrasante victoire au scrutin européen, avec 52,3% des suffrages, devançant de plus de 35 points l'opposition de centre gauche, selon un décompte réalisé sur la quasi-totalité des bulletins et publié dimanche par la presse pro-gouvernementale.

Le parti national-conservateur Fidesz de M. Orban améliore le score qu'il avait réalisé aux élections européennes de 2014 (51%) et distance très largement le parti de centre gauche DK, donné à 16,3%.

Le jeune parti libéral Momentum, pour sa première participation au scrutin européen, devient la troisième force du pays et fait son entrée au Parlement de Strasbourg avec 9,7% des voix.

Le Parti socialiste décroche de plus de 4 points à 6,6% des suffrages et le parti d'extrême droite Jobbik perd pour sa part plus de la moitié de ses électeurs à 6,5%, contre 14,7% en 2014.

Le parti écologiste LMP perd le siège dont il disposait, sur les 21 alloués à la Hongrie.

Le score dont est crédité M. Orban, au pouvoir depuis 2010, est conforme aux pronostics établis tout au long de la campagne. Il reste toutefois en-deçà du record de 56% qu'il avait réalisé aux Européennes de 2009.

La participation électorale, de 41,7% juste avant la fermeture des bureaux de vote, est supérieure au record du scrutin européen de 2004, l'année de l'entrée de la Hongrie dans l'UE, où elle avait atteint 38,5%.

Suspendu par le Parti populaire européen (PPE, droite) en raison de ses attaques contre Bruxelles, le dirigeant souverainiste entend jouer un rôle majeur dans la recomposition de la droite européenne et a multiplié les contacts avec Matteo Salvini, le FPÖ autrichien et le PiS polonais. Il n'exclut pas de claquer la porte du PPE si la droite modérée refuse de s'allier aux "partis patriotiques de droite" à l'issue du scrutin.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.