Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Soudan: le principal parti d'opposition rejette l'appel à une "grève générale"

Soudan: le principal parti d'opposition rejette l'appel à une "grève générale"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le principal parti d’opposition soudanais al-Oumma a déclaré dimanche rejeter “la grève générale annoncée” par les chefs de la contestation pour faire pression sur les militaires, qui refusent de transférer le pouvoir aux civils.

“Nous rejetons la grève générale annoncée par certains groupes d’opposition”, a annoncé le parti al-Oumma dans un communiqué, en référence à l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation.

Ce rejet de la grève est le signe d’une apparente division au sein du mouvement, alors que les négociations avec les militaires sont à l’arrêt.

En réaction à l’impasse dans les discussions sur une transition politique, l’ALC a appelé à une grève générale les 28 et 29 mai, se disant “contrainte de recourir à cette action pacifique faute d’alternatives”.

“Une grève générale est une arme qui ne devrait être utilisée qu’après avoir fait l’objet d’un consensus”, a expliqué al-Oumma, appelant les deux parties à la “discipline” pour parvenir à un accord et à maintenir “l’unité” au sein de l’ALC, dont al-Oumma est membre.

“Certains ont répondu à l’appel de la grève malgré notre désaccord sur son calendrier et sa préparation”, a regretté al-Oumma, à l’issue d’une “réunion d’urgence”.

Plusieurs corporations professionnelles, allant des banquiers aux médecins, ont répondu favorablement à l’appel à la grève.

La position d’al-Oumma “n’autorise pas les autorités à licencier les travailleurs (grévistes)” exerçant leurs “droits”, a souligné le parti.

Le Conseil militaire de transition a pris le pouvoir après la destitution du président Omar el-Béchir le 11 avril, à l’issue de mois de manifestations populaires à travers le pays.

Le 20 avril, les discussions entre le Conseil militaire et l’ALC ont été interrompues, en raison de désaccords sur la composition du futur Conseil souverain, qui doit être mis en place pour gérer la transition.

L’ALC, à l’instar des manifestants, exige que ce Conseil souverain soit présidé et composé majoritairement de civils. Les généraux souhaitent à l’inverse prendre la tête de cette instance et obtenir la majorité des sièges.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.