Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak: un quatrième Français condamné à mort pour appartenance à l'EI (AFP)

Taille du texte Aa Aa

La justice irakienne a condamné à mort lundi un quatrième Français pour appartenance au groupe jihadiste Etat islamique (EI), a constaté une journaliste de l'AFP.

Il s'agit de Mustapha Merzoughi, 37 ans, condamné à mort par pendaison par le juge Ahmed Mohamed Ali au terme de sa comparution à Bagdad.

"Les preuves et les aveux démontrent bien que vous avez adhéré au groupe Etat islamique, que vous avez travaillé dans sa branche militaire et en conséquence vous êtes condamné à la peine de mort par pendaison, conformément à la loi numéro 4 sur le terrorisme", a statué le juge.

Durant l’audience, Mustapha Merzoughi, qui s'est exprimé en arabe avec un accent tunisien avant de demander un interprète, a demandé pardon.

"Je ne suis pas coupable des crimes et des meurtres, je suis coupable d'être parti la-bas" en Syrie, a-t-il dit, avant d'ajouter: "Je demande pardon au peuple irakien, syrien, à la France et aux familles de victimes".

Mustapha Merzoughi a servi dans l'armée française de 2000 à 2010, notamment "en Afghanistan en 2009", selon ses "aveux" à la justice irakienne.

En France, il vivait à Toulouse (sud-ouest), d'où venaient aussi les frères Fabien et Jean-Michel Clain, qui ont revendiqué les attentats du 13 novembre 2015 (130 morts) avant d'être tués récemment en Syrie.

Passé par la Belgique puis par le Maroc, ce Français a ensuite suivi "des formations religieuses et militaires à Alep", dans le nord de la Syrie, d'après des informations obtenues par l'AFP.

Le procès d'un autre Français, Fodhil Tahar Aouidate, a lui été renvoyé lundi au 2 juin. L'accusé a affirmé avoir été frappé pour faire des aveux. Le juge a réclamé un examen médical.

Dimanche, trois autres Français ont écopé de la peine capitale pour appartenance à l'EI, ce qui constituait alors une première.

Il s'agit de Kévin Gonot, Léonard Lopez et Salim Machou, arrêtés en Syrie par une alliance arabo-kurde antijihadistes avant d'être transférés en Irak en février avec neuf autres Français.

Paris a réagi lundi matin à ces trois premières condamnations en affirmant avoir entrepris les "démarches nécessaires" auprès des autorités irakiennes pour leur rappeler l'opposition de principe de la France à la peine de mort.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.