DERNIERE MINUTE

"Remontada" à Roland-Garros: après Mahut, au tour d'Herbert

"Remontada" à Roland-Garros: après Mahut, au tour d'Herbert
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Comme Nicolas Mahut la veille, celui avec qui il a tout gagné en double, Pierre-Hugues Herbert (43e) a renversé son adversaire mieux classé après avoir accusé deux sets de retard, au premier tour de Roland-Garros lundi.

Au-delà du destin de la paire tricolore, le tennis français a vécu une belle journée, avec les qualifications de Jo-Wilfried Tsonga, ex-N.5 mondial aujourd’hui 82e, Richard Gasquet (39e), Gilles Simon (29e), Benoît Paire (38e) et Corentin Moutet (110e), côté messieurs, ainsi que la toute jeune Diane Parry, 16 ans et seulement 457e mondiale, côté dames. Opposé au Britannique Kyle Edmund (30e), Jérémy Chardy (41e) a lui été interrompu par la nuit à 5-5 dans le cinquième set.

C’est face au prometteur Russe Daniil Medvedev, 14e joueur mondial, que Herbert, après avoir cédé les deux premières manches 6-4, 6-4, a raflé les trois suivantes 6-3, 6-2, 7-5 pour finir par s’affaler de tout son long sur la terre du bouillant court N.14.

Dimanche, c’est Mahut, tombé au 253e rang mondial, qui avait signé une performance comparable en s’offrant le demi-finaliste de l‘édition 2018 et 19e mondial, l’Italien Marco Cecchinato (2-6, 6-7 (6/8), 6-4, 6-2, 6-4). Lui avait bataillé plus de trois heures, Herbert a frôlé les quatre (3h54).

- “Coïncidence troublante” /p>

“Ce qui est sûr, c’est que je n’ai pas voulu être mené deux sets à zéro et gagner en cinq, on n’en est pas là avec Nico. Mais c’est vrai que c’est une coïncidence un peu troublante”, sourit Herbert.

“Forcément, j’y ai pensé. Quand j‘étais derrière, ça m’a aidé à me dire que j’avais une chance de revenir”, poursuit l’Alsacien, qui s’est offert sa toute première victoire après s‘être retrouvé en si délicate posture.

“C’est une expérience qui va m’apporter quelque chose: maintenant, je sais au fond de moi-même que c’est quelque chose que je peux réaliser”, explique Herbert, qui a décidé après l’Open d’Australie de faire une pause en double pour maximiser ses chances de réussir en simple, lui qui a atteint son meilleur classement – 39e mondial – en février.

Au deuxième tour, il retrouvera Paire, le Français en forme du moment (titré à Marrakech et Lyon sur ocre), vainqueur du Roumain Marius Copil (83e) 6-4, 6-7 (5/7), 6-0, 6-1.

Tsonga, à la recherche de son meilleur niveau après une saison 2018 très largement tronquée à cause de son genou gauche opéré puis récalcitrant, va défier le N.7 mondial Kei Nishikori au deuxième tour après sa victoire (7-6 (7/4), 6-1, 4-6, 6-3) face à l’Allemand Peter Gojowczyk (121e).

Parry “cool et relax” –

“C‘était important pour moi de gagner aujourd’hui (lundi), j’ai connu des moments difficiles l’année dernière, là je reviens, je commence à me sentir bien”, retrace-t-il. “J’espère que ça va se mettre en place au fur et à mesure et que je vais jouer de mieux en mieux.”

Gasquet, revenu sur le circuit début mai seulement après six mois d’absence et une opération douloureuse d’une hernie inguinale en janvier, n’a “pas puisé” dans ses réserves pour écarter (6-3, 6-4, 6-3) en à peine plus d’une heure et demie l’Allemand Mischa Zverev (66e). Opposé à l’Ukrainien Sergiy Stakhovsky (111e), Simon non plus, malgré ses “incertitudes” et ses “inquiétudes” avouées (6-3, 6-3, 6-4).

“J’ai toujours des interrogations, au niveau physique surtout”, ne cache pas Gasquet, dont c’est seulement la deuxième victoire depuis son retour. “Je suis content d’avoir gagné ce match-là, de voir que jour après jour, ça va de mieux en mieux, c’est le principal pour moi.”

Pour son tout premier match en Grand Chelem, Diane Parry, bénéficiaire d’une invitation, y est “allée la plus cool et relax possible”. Ca a payé: la jeune Française en est sortie victorieuse 6-2, 6-4 aux dépens de la Bélarusse Vera Lapko (102e).

C’est fini en revanche pour Alizé Cornet, Pauline Parmentier, Audrey Albie et Maxime Janvier, bénéficiaires d’une invitation, ainsi qu’Alexandre Muller, issu des qualifications.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.