DERNIERE MINUTE

Inflation, perte de pouvoir d'achat: grève générale en Argentine

Inflation, perte de pouvoir d'achat: grève générale en Argentine
Taille du texte Aa Aa

L’opposition au président de centre-droit Mauricio Macri a lancé mercredi une grève de 24 heures, paralysant l’activité économique de l’Argentine, pour protester contre l’incapacité du gouvernement à réduire l’inflation qui a atteint 55% sur un an.

Métros, autobus et trains de banlieue à l’arrêt, tous les vols annulés dans les aéroports du pays, banques, écoles et administrations fermées, la plupart des commerces avaient également le rideau baissé, faute de transport en commun pour les employés.

“La grève est suivie car il n’y a eu aucune réponse, ni réaction du gouvernement aux revendications”, a déclaré Hugo Moyano, un des leaders les plus influents du mouvement syndical argentin.

Le pouvoir d’achat des 44 millions d’Argentins est en chute libre du fait de la hausse des prix, la pauvreté augmente, l‘économie est en récession, et le gouvernement mène une politique de rigueur budgétaire, sous la pression du FMI.

Les syndicats demandent des hausses salariales alignées sur l’inflation.

“Il y a un grand mécontentement contre le gouvernement. De nombreux travailleurs ont voté pour ce gouvernement car il allait supprimer l’impôt sur le revenu, il leur ont fait confiance, mais cette fois, ils ne vont pas se tromper de nouveau”, a souligné Hugo Moyano, en référence à l‘élection présidentielle du 27 octobre.

Le patron du syndicat des routiers, un des plus puissants de ce pays grand comme 5 fois la France, soutient le ticket présidentiel de gauche formé par l’ex-présidente Cristina Kirchner et son ex-chef du gouvernement.

“Les gens sont otages du fonctionnement des transports en commun. Lors de la précédente grève générale, certains transports fonctionnaient e les gens sont allés travailler”, a dénoncé le ministre argentin des Transports Guillermo Dietrich.

C’est la 5e grève générale du mandat de Mauricio Macri, applaudi par les grandes puissances pour son réformisme mais très critiqué en Argentine. Arrivé au pouvoir fin 2015, il brigue un 2e mandat de 4 ans, et se trouve affaibli par la crise économique qui frappe le pays depuis 2018.

Pour stabiliser la 3e économie d’Amérique latine, il a sollicité un prêt du FMI, qui a débloqué en 2018 le versement de 56 milliards de dollars sur trois ans.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.