Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

RDC: la dépouille d'Etienne Tshisekedi enfin de retour sur la terre de ses ancêtres

RDC: la dépouille d'Etienne Tshisekedi enfin de retour sur la terre de ses ancêtres
Taille du texte Aa Aa

La dépouille d’Etienne Tshisekedi, figure de l’histoire de la République démocratique du Congo et père de l’actuel président Félix Tshisekedi, a enfin retrouvé la “terre de ces ancêtres” plus de deux ans après sa mort à Bruxelles.

En provenance de Belgique, le jet privé transportant le corps de l’opposant et ex-Premier ministre s’est posé à 19h22 (18h22 GMT) sur le tarmac de l’aéroport de Ndjili, selon un photographe et un caméraman de l’AFP.

Son fils et chef de l’Etat menait la délégation présente à l’aéroport, tout en se tenant en retrait de l’avion, vêtu d’une chemise blanche à l’effigie de son père.

Un cercueil blanc recouvert d’un drapeau congolais et posé sur un drap noir a été tiré par une remorque sur la piste de l’aéroport au son d’une fanfare jusqu‘à un corbillard.

Le corps doit être conduit à la morgue à l’autre bout de Kinshasa, avant d‘être exposé vendredi au stade des Martyrs puis d‘être inhumé samedi à la Nsele.

La présence de six chefs d’Etat africains a été annoncée par la présidence congolaise, dont l’Angola, le Congo-Brazzaville, le Rwanda et le Togo.

Quelques milliers de personnes attendaient en dehors de l’aéroport alors que la nuit était déjà tombée sur la capitale congolaise. Une équipe de l’AFP a également croisé des supporteurs de “Papa Etienne” à Limete, devant le siège de l’UDPS, le parti d’opposition qu’il a fondé en 1982.

“C’est notre père. C’est un baobab c’est une bibliothèque pour nous”, s’est enthousiasmée l’une de ses admiratrices, Aimée.

La foule était cependant moins dense et plus éparse qu’elle n’aurait pu l‘être si l’avion était arrivé comme prévu au petit matin.

La circulation était exceptionnellement fluide et pour cause: jeudi a été décrété “chômé et payé” à Kinshasa par les autorités pour lancer les trois jours de funérailles.

L’ex-opposant et ex-Premier ministre est décédé à l‘âge de 84 ans le 1er février 2017 à Bruxelles où il venait se faire soigner.

Sa dépouille reposait depuis dans un funérarium de la capitale belge, faute d’accord entre sa famille et l’ancien régime du président Joseph Kabila pour son rapatriement et l’organisation des obsèques.

La situation s’est éclaircie avec l’investiture le 24 janvier de son fils Félix, proclamé vainqueur de la présidentielle du 30 décembre.

Il y a une semaine, un comité d’organisation des obsèques avait présenté un programme: rapatriement et cortège funèbre jeudi, exposition du corps vendredi au stade des Martyrs (80.000 places), inhumation samedi.

Un premier départ prévu mercredi soir depuis la base aérienne belge de Melsbroek “a dû être reporté à la dernière minute pour des raisons logistiques”, ont indiqué dans un communiqué les autorités congolaises. “L’avion n’est pas arrivé”, avait précisé à l’AFP une source sous couvert de l’anonymat.

“Cette situation est totalement indépendante de la volonté des autorités belges et des organisateurs des obsèques”, selon le comité d’organisation des obsèques.

- Ministre puis opposant –

Né en 1932, Etienne Tshisekedi a été un proche du dictateur Mobutu Sese Seko à l’indépendance de l’ex-colonie belge en 1960.

Le natif du Kasaï (centre) était même ministre de l’Intérieur quand Mobutu a envoyé à la potence quatre responsables politiques en les accusant de préparer un complot le 1er juin 1966.

Ces “Martyrs” de la Pentecôte donnent leur nom au stade où l’hommage populaire doit être rendu au défunt vendredi.

Tshisekedi père est passé dans l’opposition en fondant dans la clandestinité l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) en 1982.

“Désormais sa vie sera faite d’arrestations, de tortures, de brimades, de pressions, de bannissements, de relégations et de résidences surveillées”, a écrit l’historien Jean-Marie Mutamba Makombo jeudi.

Le “Sphynx” de Limete, du nom de sa commune de résidence à Kinshasa, a été brièvement Premier ministre dans les années 90, lors de l’ouverture du géant d’Afrique au multipartisme.

Il est repassé dans l’opposition au régime des Kabila à partir de 1997. Candidat à la présidentielle de 2011, il avait refusé de reconnaître la réélection de Joseph Kabila, en se proclamant président élu.

En janvier 2019, le même Kabila a cédé le pouvoir à son fils Félix.

Ce scénario de la “première transition pacifique” dans l’Histoire du Congo est contesté par l’autre candidat de l’opposition, Martin Fayulu.

M. Fayulu a posté sur Twitter une photo de lui et Tshisekedi père avec cet hommage : “Fier d’avoir été à ses côtés depuis 1990, je salue son combat pour la justice et la démocratie en #RDC”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.