Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'OCI soutient les Palestiniens, Ryad réconforté face à Téhéran

L'OCI soutient les Palestiniens, Ryad réconforté face à Téhéran
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le sommet islamique a apporté samedi son soutien aux Palestiniens avant la présentation d’un plan de paix américain jugé favorable à Israël et réconforté l’Arabie saoudite après des attaques qui ont ravivé la tension dans la région.

Dans un communiqué à l’issue de ses travaux dans la ville sainte de La Mecque, en Arabie saoudite, le sommet a dénoncé le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem reconnue par les Etats-Unis comme capitale d’Israël.

La rencontre de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) a également appelé ses 57 membres à “boycotter” les pays qui ont ouvert des ambassades à Jérusalem.

Israël a annexé la partie Est de la ville qui est considérée par la communauté internationale comme un territoire occupé. Les Palestiniens veulent en faire la capitale de l’Etat qu’ils aspirent de créer.

Cette position a été soutenue tout au long de son histoire par l’OCI qui a été d’ailleurs fondée dans le but de défendre les lieux saints musulmans de Jérusalem après l’incendie criminel de la mosquée Al-Aqsa en août 1969.

L’OCI a d’autre part souligné, dans son communiqué, que “la paix et la stabilité dans la région du Proche-Orient ne seront atteints qu’avec le retrait d’Israël des territoires occupés en 1967”.

La réaffirmation de cette position intervient avant la présentation d’un plan du gendre et conseiller du président américain Donald Trump, Jared Kushner, pour résoudre le conflit israélo-palestinien.

Le volet économique de ce plan sera au centre d’une conférence qui sera organisée fin juin à Bahreïn.

Pour la présidence américaine, la conférence de Manama est une occasion d’“encourager le soutien à des investissements et initiatives économiques potentiels qui pourraient être rendus possibles par un accord de paix”.

Ces investissements seraient financés par les pays arabes du Golfe alliés des Etats-Unis et qui s’opposent, comme Israël, à l’Iran.

Jusqu’ici, seuls l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis parmi les pays de la région ont annoncé leur intention de participer à cette conférence.

Les dirigeants palestiniens, eux, ne feront pas le déplacement, estimant que Washington n’est pas un interlocuteur crédible à cause de son soutien sans faille à l’Etat hébreu.

- Soutien à Ryad /p>

Concernant la situation dans le Golfe, le sommet a apporté un soutien sans “limites” aux mesures prises par l’Arabie saoudite pour se protéger après les attaques attribuées par Ryad et Washington à l’Iran.

Mais l’organisation panislamique a pris soin de ne faire aucune mention de l’Iran.

La rencontre a suivi deux autres sommets vendredi pendant lesquels Ryad a reçu un soutien quasi-unanime de ses partenaires arabes contre l’Iran, son grand rival chiite, accusé de déstabiliser la région.

Le roi Salmane d’Arabie saoudite a évoqué dans son discours à l’ouverture du sommet le sabotage le 12 mai contre quatre navires dont deux pétroliers saoudiens à l’entrée du Golfe et une attaque de drone contre des stations de pompage deux jours plus tard sur un oléoduc saoudien.

“Il s’agit d’une grave menace à la sécurité de la navigation internationale et à celle de la région et du monde”, a souligné le roi Salmane à ce propos.

Faire face /p>

Dans un tweet peu avant l’ouverture du sommet, le roi Salmane a affirmé l’intention des pays de l’OCI de “faire face avec fermeté aux menaces et aux actes de sabotage pour qu’ils ne gênent pas le développement de nos nations et de nos sociétés”.

En réponse aux sommets du club des six monarchies arabes du Golfe (CCG) et de la Ligue arabe tenus vendredi, l’Iran a accusé l’Arabie saoudite de “semer la division dans la région”.

Les sommets de La Mecque organisées à la fin du mois sacré de jeûne musulman du ramadan surviennent en pleines tensions dans la région exacerbées par les invectives entre Téhéran et Washington.

Les Etats-Unis ont en outre envoyé des renforts militaires dans la région, en évoquant des “menaces” iraniennes.

Les relations entre Washington et Téhéran, des ennemis jurés, sont au plus bas depuis le retrait unilatéral en 2018 de l’administration de Donald Trump de l’accord international sur le nucléaire iranien.

Washington a ensuite renforcé les sanctions économiques contre Téhéran et inscrit les Gardiens de la Révolution, armée idéologique du régime iranien, sur sa liste noire d’“organisations terroristes”.

Golan et islamophobie –

Au sommet islamique, l’Iran a été représenté par une délégation de bas niveau, composée de représentants du ministère des Affaires étrangères.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, dont le pays est en froid avec l’Arabie saoudite en raison du meurtre à Istanbul du journaliste saoudien Jamal Khashoggi par un commando venu de Ryad, n’a pas assisté au sommet.

La délégation de la Turquie, un poids lourd de l’OCI, a été conduite par le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu.

Dans son communiqué, le sommet islamique a également rappelé son refus de l’annexion par Israël du plateau syrien du Golan et sa condamnation de l’islamophobie en Occident en l’attribuant à une mauvaise connaissance de la religion musulmane.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.