Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En attendant le Pape, les Roms rêvent d'une Roumanie "sans discrimination"

Le pape François à Iasi, en Roumanie, le 1er juin 2019
Le pape François à Iasi, en Roumanie, le 1er juin 2019 -
Tous droits réservés
Handout
Taille du texte Aa Aa

“Il va sans doute parler de discrimination car nous, les Tziganes, n’avons aucun droit”: Ion, retraité du centre de la Roumanie, attend beaucoup de la visite du pape François, qui rencontre dimanche des membres de la minorité rom, au dernier jour de sa visite dans ce pays d’Europe orientale.

Affranchis au milieu du XIXe siècle après 500 ans d’esclavage, les Roms seraient aujourd’hui entre un et deux millions en Roumanie, sur un total de 20 millions d’habitants dont ils constituent une communauté pauvre et marginalisée.

“Où que nous allions, à la mairie, à la police ou à l‘école, les portes se ferment”, a confié Ion à l’AFP, en amont de la visite papale. Agé de 72 ans, il réside depuis des années dans un quartier défavorisé de Blaj, cité du centre du pays à forte composante catholique.

Ces dernières années, le quotidien de cet ancien ouvrier du bâtiment et de ses voisins a connu une certaine amélioration: les rues de terre battue ont été pavées et les maisons raccordées aux réseaux d’eau courante et de gaz.

Mais l’essentiel des Roms de Blaj, plusieurs milliers au total, vit dans des conditions encore plus précaires, en périphérie de la ville.

Petru Varga, 35 ans et fonctionnaire à la mairie, n’y voit rien d’anormal: “Cela a toujours été comme ça pour les quartiers des Tziganes, non seulement à Blaj, partout”, explique-t-il à l’AFP.

Arrivé dimanche matin à Blaj, où il a béatifié sept évêques martyrs du régime communiste, le pape François sera dans l’après-midi dans un quartier rom de la ville, la dernière étape de son voyage en Roumanie, pour lancer un appel à l’inclusion de cette minorité.

- Cercle vicieux /p>

En lien avec l’amélioration du niveau de vie en Roumanie, membre de l’Union européenne depuis 2007, de petits progrès ont été accomplis pour sortir les Roms de la relégation sociale. Mais cela n’empêche pas la persistance de poches de misère, des “ghettos urbains ou ruraux où rien n’a changé”, note le sociologue Gelu Duminica, lui-même originaire de cette communauté.

Selon une étude réalisée en 2018 pour son association Impreuna (Ensemble), 9% des Roms de Roumanie ne perçoivent aucun revenu tandis que 10% ne survivent que grâce aux maigres allocations sociales, contre 1% pour le reste de la population. Le taux d’illettrisme est de 15% au sein de cette minorité, contre 2% pour les autres Roumains.

“Il s’agit d’un cercle vicieux, où un accès limité à l‘éducation entraîne un faible accès au marché du travail”, explique M. Duminica.

“La visite du pape est un message en faveur des personnes marginalisées, méconnues ou non acceptées par les autres”, a indiqué à l’AFP le prêtre catholique de rite byzantin Mihai Gherghel qui a supervisé, à Blaj, la construction d’une petite église où François célèbrera une messe.

L’attrait des évangéliques –

“Je pense qu’il va apporter une aide à ceux qui en ont réellement besoin”, estime Gheorghe Halas, pasteur baptiste rom qui, depuis 2005, promeut à Blaj ce courant évangélique du protestantisme, en pleine expansion.

Majoritairement orthodoxes, à l’instar de 86% des Roumains, de nombreux Roms ont été séduits ces dernières années par le néo-protestantisme et notamment par le pentecôtisme et son “discours valorisant”, doublé d’un solide réseau d’entraide.

Chez les évangéliques, “la conversion représente un moment important pour une personne stigmatisée, qui se sent enfin respectée pour ce qu’elle est”, explique à l’AFP Laszlo Foszto, chercheur sur les questions des minorités nationales.

Pour les pentecôtistes, connus aussi sous le nom de “repentis” pour avoir renoncé à l’alcool ou aux jeux de hasard, “Dieu n’a pas de préjugés, il voit juste leur coeur immaculé”, ajoute-t-il.

Cette approche attire de nombreux Roms en quête de reconnaissance et tranche, selon certains analystes, avec celle de la très conservatrice et puissante Eglise orthodoxe de Roumanie.

Le sociologue Gelu Duminica observe que le hiérarchie orthodoxe ne s’est toujours pas excusée pour son rôle central dans l’esclavage des Roms.

Mais dimanche les différences religieuses s’effaceront, se réjouit le père Mihai: “Toute la ville de Blaj sera une cathédrale”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.