Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Roland-Garros: Paire et l'imbroglio des raquettes

Roland-Garros: Paire et l'imbroglio des raquettes
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Que s’est-il passé dimanche soir avec les raquettes de Benoît Paire, éliminé lundi de Roland-Garros ? L’Avignonnais, énervé quant au temps que mettait l’une de ses raquettes à revenir sur le court après vu son cordage remplacé, a eu peur de devoir “demander une raquette à quelqu’un du public”.

Au troisième set de son match contre Kei Nishikori, commencé dimanche soir et terminé lundi, Paire avait suscité l’incompréhension de nombreux téléspectateurs en pestant longuement contre le “cordeur” du tournoi, incapable selon lui de lui ramener sa raquette à temps en plein match.

“Normalement, c’est 15 minutes pour corder une raquette ! Pourquoi je dois attendre 30 minutes ? C’est toujours la même chose avec ma raquette… Qu’est-ce qu’il se passe avec ma raquette ? Demandez ! Demandez encore ! (…) Je n’en ai plus qu’une”, avait-il hurlé auprès de l’arbitre.

Questionné lundi sur cet épisode improbable, l’Avignonnais a assuré qu’il avait “assez de raquettes” dans son sac au début du match. “J’en ai 4 dans mon sac, pour moi c’est largement suffisant, j’en ai rarement autant”.

Sauf qu’entre une raquette dont le cordage a cassé “au bout de cinq minutes”, une autre “que je trouve détendue”, et une troisième qui “met trois quarts d’heure à revenir de chez le cordeur”, Paire a expliqué s‘être retrouvé avec “une raquette” uniquement pour finir le troisième set.

“C’est une épée de Damoclès sur la tête, c’est-à-dire que si je casse le cordage, je suis quand même obligé, limite, de demander une raquette à quelqu’un du public”, a-t-il regretté. “Cela ne s’est jamais vu dans l’histoire de Roland-Garros.”

Le Français, battu en cinq sets et passé à deux points de la victoire, s’est toutefois refusé à voir cet épisode comme une excuse.

“Cela me perturbe un petit peu mais (…) si je perds 2 sets à 1, c’est parce que je suis un peu plus tendu, que c’est un huitième de finale, que je suis à Roland-Garros, que j’ai beaucoup d’attentes, que j’ai envie de faire mieux”, a-t-il énuméré.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.