Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Philippines: Duterte fait scandale en présentant l'homosexualité comme une maladie

Taille du texte Aa Aa

Le président philippin Rodrigo Duterte a suscité un nouveau scandale en laissant entendre que l’homosexualité était une maladie dont il se serait lui-même “soigné” avec l’aide de “belles femmes”.

Le septuagénaire s’est singularisé depuis son arrivée à la tête de l’archipel en 2016 par son franc parler, ses tirades ordurières, ses insultes, ses menaces et un langage sans filtre totalement inhabituel à ce niveau de responsabilités.

La dernière polémique en date a été provoquée par ses propos la semaine dernière à Tokyo lors d’une rencontre avec la communauté philippine locale.

Il s’en est notamment pris à l’un de ses principaux détracteurs, le sénateur Antonio Trillanes, dont il a par ailleurs affirmé qu’il était homosexuel.

“Trillanes et moi sommes pareils. Mais je me suis soigné”, a déclaré le président philippin, en expliquant être “redevenu un homme” après avoir rencontré son épouse, dont il est aujourd’hui séparé.

“Donc les belles femmes m’ont soigné”, a-t-il poursuivi.

M. Duterte s’est montré particulièrement fluctuant sur la question des droits des homosexuels. Pendant la campagne présidentielle de 2016, il s‘était dit favorable à la légalisation du mariage entre personnes du même sexe avant de faire machine arrière.

Il lui est même arrivé d’utiliser l’adjectif homosexuel comme insulte. Il l’avait employé au sujet de l’ambassadeur des Etats-Unis Philip Goldberg.

Bahaghari, une association de défense des droits des homosexuels et des transgenres, a qualifié les propos de M. Duterte de dangereux et rétrogrades.

“C’est symptômatique d’une maladie grave: celle de l’ignorance, des préjugés et de la haine”, a estimé l’organisation dans un communiqué.

“Ces déclarations, comme ses propos pervers et insultants pour les femmes, ne peuvent être pris à la légère ou considérés simplement comme des blagues”, a-t-elle ajouté.

Lors de la campagne présidentielle, M. Duterte avait provoqué un tollé avec une blague au sujet du viol et du meurtre d’une missionnaire australienne en 1989 lors d’une émeute dans une prison de Davao.

Il avait expliqué à une foule goguenarde qu’il aurait aimé être le premier sur les rangs pour violer la missionnaire.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.