Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit: Trump persuadé que le problème du "mur" en Irlande sera réglé

Brexit: Trump persuadé que le problème du "mur" en Irlande sera réglé
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le président américain Donald Trump a assuré mercredi au Premier ministre irlandais Leo Varadkar que le problème posé par le Brexit pour son “mur” avec le Royaume-Uni finirait par trouver une issue positive, à quoi son hôte a rétorqué qu’un mur était la dernière chose qu’il souhaitait.

Au cours d’une rencontre à l’aéroport irlandais de Shannon, M. Trump a comparé la frontière entre la République d’Irlande et la province britannique d’Irlande du Nord à celle entre les Etats-Unis et le Mexique.

Tout le long de la frontière américano-mexicaine, très surveillée aux principaux points de passage, M. Trump souhaite ériger un mur anti-immigration.

Au contraire, la frontière irlandaise est actuellement ouverte à la circulation sans contrôle des biens et des personnes, les deux pays étant membres de l’Union européenne. Et Dublin craint que la sortie de l’UE des Britanniques, programmée pour le 31 octobre, n’entraîne le retour d’une frontière physique.

“Je pense que tout va très bien se passer, et aussi pour vous avec votre mur, votre frontière. Je veux dire, nous sommes dans une situation délicate avec la frontière aux États-Unis, et vous aussi. Mais j’ai entendu dire que ça va très bien se passer ici”, a déclaré à la presse le milliardaire républicain, au côté de Leo Varadkar.

Ce à quoi le dirigeant irlandais a immédiatement répondu: “Je pense qu’il y a une chose que nous voulons éviter, bien sûr, c’est un mur ou une frontière”.

“Oui, je pense que c’est ce que vous voulez. La façon dont ça marche actuellement est bonne”, a enchaîné Donald Trump, qui a également estimé que le Brexit se passerait “bien” pour l’Irlande.

Après la rencontre, M. Varadkar a minimisé l’importance des propos de M. Trump. “Il est le président de l’Amérique et il y a presque 200 pays dans le monde, alors je ne crois pas qu’il soit possible pour lui d’avoir une connaissance profonde et détaillée des problèmes individuels de chaque pays”, a-t-il expliqué devant les journalistes.

“J’ai saisi l’occasion de cette rencontre et de rencontres précédentes pour souligner les problèmes que le Brexit pose pour l’Irlande”, a-t-il ajouté.

Le président américain est arrivé mercredi après-midi en Irlande, au terme d’une visite d’Etat de trois jours au Royaume-Uni. Il l’a conclue en participant aux célébrations du 75e anniversaire du Débarquement à Portsmouth, dans le sud de l’Angleterre.

La rencontre avec M. Varadkar avait été précédée d’un différend sur le lieu où elle devait se dérouler.

M. Trump souhaitait recevoir le Premier ministre irlandais dans son complexe hôtelier dédié au golf à Doonberg, sur la côte ouest du pays, où il devait ensuite passer la nuit. M. Varadkar, qui ne souhaitait pas promouvoir les intérêts privés du président américain, avait pour sa part proposé un château des environs. Un compromis a finalement été trouvé et l’entretien a eu lieu dans le salon VIP de l’aéroport de Shannon.

Donald Trump sera jeudi en France pour la suite des commémorations du “Jour J”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.